Un portail des communautés francophones d'Amérique
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aquand la libre circulation des personnes en Afrique C ?

Aller en bas 
AuteurMessage
billy
Messager
Messager


Nombre de messages : 37
Localisation : republique democratique du congo(afrique)
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Aquand la libre circulation des personnes en Afrique C ?   Dim 30 Juin 2013, 14:40

L’Afrique centrale est sans doute la région du continent noir le plus bouleversée par des conflits armés répétitifs et sanglants. C’est dans cette partie d’Afrique qu’a eu lieu le génocide Rwandais, c’est aussi dans cette même partie que se poursuivent les conflits armés à l’Est du Congo, qualifié par la Croix Rouge comme étant la tragédie du temps moderne. Plus de 7 millions de personnes ont péri, juste pour ces deux conflits !
Et pourtant, depuis plusieurs années diverses organisations régionales ont vu le jour avec comme cheval de bataille de prévenir les conflits et de faciliter ainsi donc l’intégration et le développement entre les pays de la région.
Chacune de ces organisations a, tant soit, peu privilégié la circulation des personnes et des biens comme condition d’intégration et de développement. Mais toutes ces initiatives ont demeuré théoriques au fil des années. Il y a en toile de fond, plusieurs obstacles qui ne permettent pas d’assouvir les attentes de ces différentes organisations régionales :

LES CONSTRUCTIONS MYTHIQUES
Trois grandes constructions imaginaires entravent la mise en place effective du principe de la libre circulation des personnes et de leurs biens. Il s’agit de la spoliation économique, de l’invasion démographique et de la perversion sociale associée à la délinquance d’origine étrangère. Ces constructions imaginaires ont été développées particulièrement par le Gabon et la Guinée équatoriale, qui manifestement soutenaient le refus d’appliquer le principe communautaire de la libre circulation des personnes et de leurs biens dans la zone CEMAC. Fortement ancrées dans les consciences nationales, ces constructions imaginaires s’expriment à travers des politiques migratoires et des pratiques migratoires à l’égard des ressortissants de la sous région. Malgré ces craintes exprimées, tous les pays de la zone CEMAC viennent d’annoncer l’effectivité du principe de la libre circulation des personnes et de leurs biens d’ici janvier 2014. Reste à voir si les populations du Gabon et de la Guinée équatoriale qui, souvent ont brandit la détérioration sociale et politique justifiée par l’invasion démographique et l’importation de la violence, vont du reste s’accoutumer à cette décision.
BLOCUS IDENTITAIRE

Partout ailleurs en Afrique se pose le problème identitaire qui, le plus souvent, alimente plusieurs conflits armés et par ricochet affaiblit l’esprit communautaire, garant de l’intégration régionale. Le repli identitaire ont envahit les politiques africaines et guident même la politique d’attribution de la citoyenneté. A la lumière, la situation des tutsi congolais et du conflit tutsi et hutu peuvent bien nous éclairer.
Le blocus identitaire ne facilite pas l’esprit communautaire et met en mal le principe de la libre circulation des personnes et des biens où chaque individu peut se déplacer partout en Afrique centrale sans être considéré comme « ennemi ».
Malheureusement, les conflits identitaires qui ont secoué le Rwanda en 1994, puis par après l’agression et les conflits armés qu’à connu l’ex-Zaïre ont rendu la communauté des Economiques des Pays des Grands Lacs(CEPGL) inactif.

Instabilité Institutionnelle

La libre circulation des personnes et de leurs biens répond également à un cadre juridico-institutionnel efficace. Chaque Etat membre doit avoir des fortes institutions pour respecter à son tour les frontières d’une organisation régionale ainsi que les différentes clauses accompagnant le principe de la libre circulation. Si les institutions d’un Etat membre sont passives, c'est-à-dire que tous les autres Etats de la région sont menacés. Cette situation, fort malheureusement, renvoie ainsi à beaucoup plus tard la concrétisation d’un espace sous-régional aux frontières internes largement de fonctionnalisées.
Revenir en haut Aller en bas
 
Aquand la libre circulation des personnes en Afrique C ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Amérique française :: Espace francophone :: La Francophonie-
Sauter vers: