Un portail des communautés francophones d'Amérique
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 1608-2008,récupération par les fédéralistes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
gaulois
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 2938
Localisation : Vancouver
Date d'inscription : 31/03/2005

MessageSujet: Re: 1608-2008,récupération par les fédéralistes   Lun 21 Juil 2008, 17:37

Rigolons un peu selon l'APF:
Revenir en haut Aller en bas
Guevara
Marquis
Marquis
avatar

Nombre de messages : 623
Age : 31
Localisation : Tracadie-Sheila, Acadie (en exil à Gatineau)
Date d'inscription : 28/08/2006

MessageSujet: Re: 1608-2008,récupération par les fédéralistes   Lun 21 Juil 2008, 19:28

Moi je n'ai rien contre la venu du chanteur Paul McCartney aux festivités du 400ième de Québec.

Certes, on célèbre une fête qui à trait à la naissance de la Nouvelle-France et celle du peuple québécois mais cela ne veux pas dire pour autant qu'aucun artistes anglophones ne doit être invité. La présence de McCartney peut représenter une occasion pour les anglophones et le monde entier d'en apprendre un peu plus sur le Québec et sur la réalité francophone du terrain.

Le plus gros problème du 400ième demeure la distorsion de faits historiques importants de la part du gouvernement fédéral.

Pour le reste live and let die
Revenir en haut Aller en bas
gaulois
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 2938
Localisation : Vancouver
Date d'inscription : 31/03/2005

MessageSujet: Re: 1608-2008,récupération par les fédéralistes   Lun 21 Juil 2008, 19:36

Guevara a écrit:
La présence de McCartney peut représenter une occasion pour les anglophones et le monde entier d'en apprendre un peu plus sur le Québec et sur la réalité francophone du terrain.
...
Pour le reste live and let die
Etait-ce vraiment le cas? "Vous me comprenez?", n'a-t'il pas dit comme si ce n'était pas à lui de nous comprendre? J'aurais de beaucoup préféré John Lennon et "Imagine" au has been McArtney, "Drive my car" et bash my head... En ce qui me concerne, Lamarche et les souverainistes ne devraient pas avoir le piton à terre suite à cette prestation de Pain et de jeux. Vu de loin etk.
Revenir en haut Aller en bas
Guevara
Marquis
Marquis
avatar

Nombre de messages : 623
Age : 31
Localisation : Tracadie-Sheila, Acadie (en exil à Gatineau)
Date d'inscription : 28/08/2006

MessageSujet: Re: 1608-2008,récupération par les fédéralistes   Lun 21 Juil 2008, 19:45

gaulois a écrit:

Etait-ce vraiment le cas? "Vous me comprenez?", n'a-t'il pas dit comme si ce n'était pas à lui de nous comprendre?

Oui il a en effet fait un propos qui ressemblait à ça mais disont que les journalistes le bombardait de questions sur le fait que sa présence pourrait choquer et ça peut-être atteint la susceptibilité de Sir McCartney.

Pour ce qui est du pain et des jeux, on n'y peut rien, toutes les fêtes sont rendus comme ça, la St-Jean Baptiste et la fête des Acadiens inclus. La seule façon d'intéresser le peuple à certains aspects importants de notre culture et de notre identité, c'est de le faire dans le cadre de spectacle de style "du pain et des jeux".

Ce n'est pas l'élite francophone seul qui va faire bouger les choses, on le voit présentement au N-B avec les réformes de la santé et de l'éducation. Il faut donc intéresser le peuple à la cause francophone.
Revenir en haut Aller en bas
francoquebecois
Prince
Prince
avatar

Masculin Nombre de messages : 2846
Age : 57
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: 1608-2008,récupération par les fédéralistes   Lun 21 Juil 2008, 23:39

La nouvelle du spectacle sur TV5.org
PS: Pour une fois, les nouvelles rapportées semblent assez justes. Bravo aux journalistes de TV5 qui semblent commencer à MIEUX connaître la province de Québec, et, ainsi, à mieux expliquer tous les tenants et les aboutissants de l'histoire:

http://www.tv5.org/TV5Site/info/afp_article.php?rub=gen&idArticle=newsmlmmd.ea34ad8f31a5acf0a613a1fca0b2dd0f.851.xml&titre=Paul+McCartney+parle+%22un+petit+peu+fran%E7ais%22+pour+les+400+ans+de+Qu%E9bec

COPIE DU TEXTE:

Paul McCartney parle "un petit peu français" pour les 400 ans de Québec

QUÉBEC (AFP) - 21/07/2008 14h48

Le chanteur britannique Paul McCartney a salué la foule de quelques mots en français dimanche lors d'un concert géant en plein-air pour le 400e anniversaire de la ville de Québec critiqué au préalable par certains indépendantistes québécois.

L'ancien membre des Beatles a salué la foule de plus de 200.000 spectateurs d'un "Bonsoir les Québécois" en français, avant de s'excuser: "Je parle seulement un petit peu français. Donc je vais parler en anglais".

Les mots de McCartney étaient traduits simultanément sur des écrans géants afin de faciliter la compréhension tant du public francophone que des nombreux spectateurs américains ou canadiens anglophones venus assister au seul concert de l'ancien Beatles en Amérique du Nord cette année.

Sir Paul, qui a enchaîné les tubes du répertoire des Beatles, dont "Yesterday", "Give Peace a Chance" et "Sergeant Pepper", ponctuait le spectacle de "Merci beaucoup" en français, chaudement applaudis.

Le chanteur a été particulièrement acclamé quand il a entamé "Michelle", une ballade dont il dit avoir écrit les paroles en français avec l'aide d'une amie.

Selon la police, il s'agissait du plus important regroupement de personnes depuis la fondation de la ville.

La venue de Sir Paul pour célébrer le 400e anniversaire de la capitale québécoise fondée par le Français Samuel de Champlain en 1608, date marquant aussi le début d'une présence francophone continue en Amérique, avait alimenté le débat linguistique canadien.

Une poignée de députés indépendantistes du Parti québécois et d'artistes avaient ouvertement critiqué le fait d'avoir invité un Britannique pour fêter l'Amérique française sur les Plaines d'Abraham, vaste parc dans le coeur de la capitale québécoise où les Anglais avaient battu les Français en 1759.

Ils avaient dénoncé une "canadianisation" de ces célébrations et leur "récupération" par le gouvernement fédéral canadien.

FIN DU TEXTE RAPPORTÉ

.
Commentaires:
Une fois la poussière retombée, si c'est cette dernière conclusion qui demeure à la fin, soit: "ils avaient dénoncé une "canadianisation" des célébrations et leur "récupération" par le gouvernement fédéral", ALORS, je me félicite d'avoir tenu à mes commentaires, même si je semblais à côté de la "track" pour la plupart du monde.

Pour McCartney, je n'ai absolument rien contre lui, et TANT MIEUX SI SON SPECTACLE A TRÈS BIEN RÉUSSI. Pour cela, je m'en réjouis tout autant.

C'est uniquement le fait que cela se soit produit dans le cadres des Fêtes du 400ème anniversaire de la fondation de la ville de Québec, où on associait AUSSI automatiquement ---mais pas pour tout le monde, semble-t-il--- le fait de "400 ANS DE PRÉSENCE FRANCOPHONE EN AMÉRIQUE" aux festivités, qui me semblait non approprié d'avoir un tel spectacle, surtout de la part d'un artiste anglophone britannique, et même "ennobli" par la Reine d'Angleterre.

Les retombées économiques semblent avoir été très bonnes, et semblent très prometteuses, mais verra-t-on tout autant de bonnes retombées en faveur DE LA LANGUE FRANÇAISE, de l'utilisation, de la préservation et même d'une plus grande reconnaissance à travers le monde ??

Si tout cela est tout autant bénéfique, alors, je serai le premier à dire que Sir Paul, un autre britannique, est venu faire sa ronde lui aussi sur les Plaines d'Abraham, mais, cette fois-ci, pour aider à la préservation de la langue française en Amérique.

VIVE LA FRANCOPHONIE D'AMÉRIQUE!!!

.
Revenir en haut Aller en bas
gaulois
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 2938
Localisation : Vancouver
Date d'inscription : 31/03/2005

MessageSujet: Re: 1608-2008,récupération par les fédéralistes   Mar 22 Juil 2008, 09:34

Une excellente lettre dans le Devoir: Lettres - Grand artiste, petits complexes
Revenir en haut Aller en bas
Sénateur
Prince de l'Acadie
Prince de l'Acadie
avatar

Masculin Nombre de messages : 4141
Localisation : Bathurst en Acadie
Date d'inscription : 17/02/2005

MessageSujet: Re: 1608-2008,récupération par les fédéralistes   Jeu 24 Juil 2008, 13:07

La Suite...

1604 ou 1608 ? Un billet d'opinion de la présidente de la SNA


Le 3 juillet dernier je me trouvais, comme des centaines d'autres personnes, à Québec pour commémorer la fondation de la ville par Samuel de Champlain il y a de cela quatre cents ans. Si j'étais heureuse d'avoir été invitée à la cérémonie pour représenter les quelque 300,00 Acadiens des quatre provinces atlantiques, les discours m'ont attristée.

À entendre les dignitaires on aurait pu croire que Champlain avait fait le trajet directement de France jusqu'au Cap Diamant en 1608. Pas un mot ne fut prononcé sur les quatre années qu'il passa dans la Baie de Fundy, dans ce qui est aujourd'hui la Nouvelle-Écosse. Là-bas, dans un établissement imposant nommé Port-Royal, accompagné du chef de l'expédition Dugas de Monts, de l'écrivain Marc Lescarbot et de leurs compagnons d'aventure, Champlain agrémenta les hivers en instituant l'Ordre du Bon Temps, organisant des repas somptueux et montant des pièces de théâtre - les premières en Nouvelle-France. Dans les discours du 3 juillet pourtant on ne trouvait aucune référence à ce séjour historiquement significatif dans la Baie de Fundy.

Il ne s'agit pas ici de revendiquer une première place. En fait, longtemps avant Champlain, cent ans avant pour être exact, les Français avaient déjà atteints les côtes de Terre-Neuve pour pêcher la morue. À cause de leurs récits de mers poissonneuses, de forêts interminables et de richesses à découvrir, Jacques Cartier suivit en 1534, encourageant ainsi le roi Henri IV à donner en 1603 à Dugas de Monts la responsabilité d'aller fonder l'Acadie. Champlain, qui avait déjà été en Amérique, s'engagea dans l'expédition.

L'histoire n'est qu'une simple succession d'évènements. On ne doit pas la modifier au gré des circonstances. Certaines des phrases entendues le 3 juillet, tel que « La Nouvelle-France commence ici » avaient déjà été proférées, mot pour mot, en 2004, sur les bords de la Baie de Fundy lors des célébrations du 400ème anniversaire de la fondation de l'Acadie. Les orateurs d'alors étaient différents mais ils occupaient les mêmes fonctions politiques.

Acadiens et Québécois sont les héritiers directs de Samuel de Champlain, même si les deux peuples ont évolué de manière bien différente. Québec est devenue la province et la nation que nous connaissons tous tandis que les Acadiens ont dû faire face à la déportation entre 1755 et 1763. Des milliers moururent, des milliers d'autres furent éparpillés aux quatre vents, certains d'entre eux jusqu'aux îles Malouines. Éventuellement des milliers revinrent au pays et s'installèrent là où ils purent, en Acadie atlantique, au Québec, à Saint-Pierre et Miquelon; d'autres restèrent en France ou partirent pour la Louisiane. Aujourd'hui tous leurs descendants demeurent Acadiens.

Les Acadiens installés en Atlantique décidèrent alors de transcender la déportation en se lançant dans un exercice démocratique nouveau: ils se proclamèrent nation. Dans les années 1880, lors de Conventions Nationales, ils se choisirent un drapeau, un hymne et une fête nationale, fondèrent une Société Nationale pour les représenter, tout cela sans gouvernement ni territoire propres. Aujourd'hui, comme le dit Antonine Maillet « Là où est un Acadien, se trouve l'Acadie ». Notre nationalité est d'histoire plutôt que de géographie, de généalogie plutôt que de passeport, un concept des plus intéressants dans un monde qui se déchire sans fins pour obtenir du pouvoir, gagner du territoire ou repousser des frontières.

Tout cela fait partie du patrimoine de Champlain et le 3 juillet dernier, plus que tout autre personne, c'est l'explorateur qui a perdu au change.

Le 15 août marque la Fête Nationale des Acadiens. Cet été, nous serons des milliers à Québec en ce jour symbolique. Nous défilerons avec exubérance dans les rues de la ville pour réaffirmer notre place comme l'autre peuple francophone fondateur du Canada, comme acteur dans la construction de la Nouvelle-France. Nous déambulerons dans les rues pavées du Vieux Québec en faisant du bruit, le plus de bruit possible. Nous appelons cette tradition le Grand Tintamarre, une tradition médiévale adoptée par les Acadiens au retour de la Déportation. Le bruit symbolise notre détermination à ne plus jamais nous taire.

Plus que jamais, cette détermination demeure.

Françoise Engehard
Présidente
Société Nationale de l'Acadie

_________________
Monkey See, Monkey Do.
Revenir en haut Aller en bas
francoquebecois
Prince
Prince
avatar

Masculin Nombre de messages : 2846
Age : 57
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: 1608-2008,récupération par les fédéralistes   Jeu 24 Juil 2008, 23:31

Sénateur a écrit:
La Suite...

1604 ou 1608 ? Un billet d'opinion de la présidente de la SNA


Le 3 juillet dernier je me trouvais, comme des centaines d'autres personnes, à Québec pour commémorer la fondation de la ville par Samuel de Champlain il y a de cela quatre cents ans. Si j'étais heureuse d'avoir été invitée à la cérémonie pour représenter les quelque 300,00 Acadiens des quatre provinces atlantiques, les discours m'ont attristée.

À entendre les dignitaires on aurait pu croire que Champlain avait fait le trajet directement de France jusqu'au Cap Diamant en 1608. Pas un mot ne fut prononcé sur les quatre années qu'il passa dans la Baie de Fundy, dans ce qui est aujourd'hui la Nouvelle-Écosse.

....................................
Dans les discours du 3 juillet pourtant on ne trouvait aucune référence à ce séjour historiquement significatif dans la Baie de Fundy.

.....................................................

L'histoire n'est qu'une simple succession d'évènements. On ne doit pas la modifier au gré des circonstances.
----------------
NOTE de FRANCO: à qui le dites-vous ?!?!!
Je suis dans ceux qui disent toujours que l'histoire ne doit pas être tronquée....
-----------------
Certaines des phrases entendues le 3 juillet, tel que « La Nouvelle-France commence ici » avaient déjà été proférées, mot pour mot, en 2004, sur les bords de la Baie de Fundy lors des célébrations du 400ème anniversaire de la fondation de l'Acadie. Les orateurs d'alors étaient différents mais ils occupaient les mêmes fonctions politiques.

Acadiens et Québécois sont les héritiers directs de Samuel de Champlain, même si les deux peuples ont évolué de manière bien différente. Québec est devenue la province et la nation que nous connaissons tous tandis que les Acadiens ont dû faire face à la déportation entre 1755 et 1763. Des milliers moururent, des milliers d'autres furent éparpillés aux quatre vents, certains d'entre eux jusqu'aux îles Malouines. Éventuellement des milliers revinrent au pays et s'installèrent là où ils purent, en Acadie atlantique, au Québec, à Saint-Pierre et Miquelon; d'autres restèrent en France ou partirent pour la Louisiane. Aujourd'hui tous leurs descendants demeurent Acadiens.

Les Acadiens installés en Atlantique décidèrent alors de transcender la déportation en se lançant dans un exercice démocratique nouveau: ils se proclamèrent nation.

Dans les années 1880, lors de Conventions Nationales, ils se choisirent un drapeau, un hymne et une fête nationale, fondèrent une Société Nationale pour les représenter, tout cela sans gouvernement ni territoire propres. Aujourd'hui, comme le dit Antonine Maillet « Là où est un Acadien, se trouve l'Acadie ».

Notre nationalité est d'histoire plutôt que de géographie, de généalogie plutôt que de passeport, un concept des plus intéressants dans un monde qui se déchire sans fins pour obtenir du pouvoir, gagner du territoire ou repousser des frontières.

----------------------------------------------------
NOTE DE FRANCO: je ne veux pas déplaire aux Acadiens en disant cela, mais le fait que "L'ACADIE" n'est pas une région unique, n'est pas un territoire déclaré comme tel, cela indispose MOINS les "fédéraleux" ---- ma définition: fédéralistes très chialeux contre l'expression de fierté d'être Acadiens ou Québécois--- quand les Acadiens se promènent avec leur drapeau.
IMAGINEZ MÊME: IL VA Y AVOIR UNE LEVÉE DU DRAPEAU ACADIEN, le 15 août, à la Ville de Québec, comme une des activités pour fêter les Acadiens. Si je le pouvais, je crois que j'irais placer mon drapeau du Québec sur un autre poteau, juste à côté, POUR VENIR APPUYER ET SALUER LES ACADIENS de toutes les ACADIES!!!!!

IMAGINEZ JUSTE UNE LEVÉE DE DRAPEAU QUÉBÉCOIS, à la ville de Québec: IMPENSABLE!!!! JAMAIS HARPER N'AURAIT APPROUVÉ CELA!!!!
-------------------------------------------------

Tout cela fait partie du patrimoine de Champlain et le 3 juillet dernier, plus que tout autre personne, c'est l'explorateur qui a perdu au change.

Le 15 août marque la Fête Nationale des Acadiens. Cet été, nous serons des milliers à Québec en ce jour symbolique. Nous défilerons avec exubérance dans les rues de la ville pour réaffirmer notre place comme l'autre peuple francophone fondateur du Canada, comme acteur dans la construction de la Nouvelle-France.

Nous déambulerons dans les rues pavées du Vieux Québec en faisant du bruit, le plus de bruit possible. Nous appelons cette tradition le Grand Tintamarre, une tradition médiévale adoptée par les Acadiens au retour de la Déportation. Le bruit symbolise notre détermination à ne plus jamais nous taire.

Plus que jamais, cette détermination demeure.

Françoise Engehard
Présidente
Société Nationale de l'Acadie

BRAVO À MME ENGUEHARD!!
.
Revenir en haut Aller en bas
francoquebecois
Prince
Prince
avatar

Masculin Nombre de messages : 2846
Age : 57
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: 1608-2008,récupération par les fédéralistes   Lun 20 Juil 2009, 00:00

Les Fêtes du 400ème de la ville de Québec:
voici une partie de l'histoire...

MERCI à M. Alain Lavallée de nous faire connaître toute l'histoire qu'il connaît à ce sujet.

ou comment le gouvernement fédéral (du Canada) a réussi a complètement anéantir tous les aspects de fête FRANCOPHONES ET FRANÇAISES pour ce 400ème anniversaire..., que de magouilles, combien de gestes et d'actions ont été faits pour détruire et anéantir tout sentiment d'appartenance, tout esprit de lien de descendance à partir de la France... comme toutes fêtes GÉNÉALOGIQUES sont devenus complètement taboues. Tout a été annulé ou bien fait incognito pour éviter que les gens retrouvent leur lien francophone, leur fierté d'être FRANÇAIS en Amérique, etc..


Pour chaque 100 gestes posés CONTRE les francophones du Québec par le gouvernement fédéral, on en connaît peut-être juste un ou 2....


J'EN PLEURE ET J'EN RAGE....

http://quebec.blog.lemonde.fr/2009/07/19/la-societe-du-400e-quebec-1608-2008-microcosme-d%e2%80%99accords-et-de-dissonances/



EXTRAIT:

En 2008, Québec a marqué son 400e anniversaire. Était-ce la fondation d’une ville qui était fêtée? Une capitale et son peuple? La première colonie française permanente en Amérique? La naissance d’une Amérique franco-amérindienne? La nation québécoise? La naissance du Canada? À un moment ou à un autre, chacune de ces perspectives a été évoquée par un ou des acteurs.
Nous proposons d’étudier la Société du 400e, organisme responsable de cet anniversaire, sur qui se sont exercés « les tensions, les tabous et les lignes de fractures que le modèle canadien alimente ou absorbe ».

FIN DE L'EXTRAIT

Commentaires: toutes activités qui pouvait amener une certaine fierté, une certaine joie de fêter le "fait français" en Amérique, au Québec, à la ville de Québec, a complètement mis de côté par le gouvernement fédéral de Stephen Harper.

Après, ceux qui viendront me dire encore que le gouvernement du Canada ne fait plus de RÉPRESSIONS, NI DE DISCRIMINATION envers les francophones de la province de Québec, ceux-là, c'est parce qu'ils sont VRAIMENT DE MAUVAISE FOI!!
.
===================

COPIE D'UNE PARTIE DU TEXTE:

Voici le texte de la communication que nous avons présenté au Colloque international de l’AFEC qui portait sur le thème “LIVING IN CANADA : ACCORDS & DISSONANCES”.

Le congrès annuel de l’Association française des études canadiennes (AFEC) s’est tenu les 11 & 12 juin 2009 à l’Université de Grenoble (France). Pour la programmation de cecolloque et la liste des intervenants:

http://www.pacte.cnrs.fr/spip.php?rubrique123

Vendredi matin, le 12 juin 2009, Alain Lavallée, (M.A., Doctorat)

“”Québec 1608-2008: la Société du 400e, microcosme d’accords et de dissonances””

En 2008, Québec a marqué son 400e anniversaire. Était-ce la fondation d’une ville qui était fêtée? Une capitale et son peuple? La première colonie française permanente en Amérique? La naissance d’une Amérique franco-amérindienne? La nation québécoise? La naissance du Canada? À un moment ou à un autre, chacune de ces perspectives a été évoquée par un ou des acteurs.
Nous proposons d’étudier la Société du 400e, organisme responsable de cet anniversaire, sur qui se sont exercés « les tensions, les tabous et les lignes de fractures que le modèle canadien alimente ou absorbe ».
Au cours des huit années d’existence de cette Société, chaque appareil de gouvernement a cherché, ou non, à exercer une influence sur sa gouverne, voire à réguler ses actions. Trois appareils ont été à tour de rôle des acteurs dominants: le gouvernement du Québec (premier ministre, ministre de la Capitale nationale, commissaire), la Ville de Québec (maire et commissaire), le gouvernement du Canada (premier ministre, ministre de Patrimoine Canada, commissaire fédéral, commissaire aux affaires autochtones). Sans oublier que les liens avec la France (Président, premier ministre, commissaire) et les peuples autochtones ont dû aussi s’y coordonner.

Dans un premier temps, l’étude du cheminement du “legs” de la France offert à l’occasion de ce 400e anniversaire nous permettra de suivre en action les tensions et accords entre les appareils gouvernementaux. Entre 2001 et 2007, cinq projets de legs ont été étudiés puis diplomatiquement refusés ou acceptés.

Dans un second temps, en corollaire, nous soulignerons brièvement la difficulté de commémoration des origines françaises des fondateurs. Les projets émergeant de réseaux de la société civile étant bloqués par l’appareil de gouverne.

Les postes de PDG et de commissaires ont aussi été des indicateurs des tensions. Entre 2000 et 2008, cinq personnes différentes ont occupé le poste de président de la Société du 400e. Les postes de président et de directeur général ont tantôt été scindés, tantôt fusionnés. Des commissaires ont été démis.

Vincent Lemieux (2003), à la suite de Kingdon, a constaté que politiciens élus et leurs entourages sont le plus près de la notion d’acteurs dominants et qu’ils influent considérablement sur la gouverne de leur appareil gouvernemental et les orientations des politiques publiques. Nous étudierons s’il en a été ainsi dans le cas du 400e.

L’étude de ce cas se fera à travers les documents publiés dans les médias[1] ainsi que dans les sites internet officiels des organismes gouvernementaux impliqués et ceux des Fêtes du 400e.

-naissance de la Société du 400e : mars 2000
En mars 2000, à l’Hôtel de Ville de Québec, le premier ministre du Québec, Lucien Bouchard, présent au côté du maire Jean-Paul L’Allier a annoncé une subvention de 2,1 millions $ afin d’assurer la création et le fonctionnement pour 3 ans d’une société d’organisation des fêtes du 400e.[2]
Mars 2000, huit ans pour préparer le 400e anniversaire c’est long s’il ne s’agit que de préparer un programme d’activités. Mais le gouvernement du Québec avait trois dossiers prioritaires dont la réalisation nécessitait quelques années de préparatifs.

1- Redonner à la population l’accès au fleuve par l’aménagement d’une promenade du littoral, digne d’une capitale nationale

2- Revitaliser la rivière St-Charles (dépolluer et réaménager ses rives)

3- Inviter la France à faire un legs significatif pour le 400e, un legs qui rappelle les liens historiques, marque le territoire et contribue à tisser une reliance nouvelle France-Québec.

Les deux premiers sont des cadeaux offerts par le gouvernement à la population québécoise et s’inscrivent dans une perspective de qualité de vie. Ils ont été enclenchés en moins de deux ans. Le troisième dossier a nécessité des négociations complexes puisqu’il impliquait divers gouvernements.

.......................
.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1608-2008,récupération par les fédéralistes   

Revenir en haut Aller en bas
 
1608-2008,récupération par les fédéralistes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Amérique française :: Espace francophone :: Calendrier :: Québec, 1608-2008-
Sauter vers: