Un portail des communautés francophones d'Amérique
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Tous unis" contre la FRANCOPHOBIE!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Québécois parmi d'autres
Duc
Duc
avatar

Nombre de messages : 904
Date d'inscription : 16/10/2010

MessageSujet: "Tous unis" contre la FRANCOPHOBIE!!   Ven 13 Déc 2013, 04:35

définition du mot "francophobie":  haine ou hostilité "contre la France", selon un dictionnaire... si on extensionne ce mot pour l'Amérique, pour le Québec: haine ou hostilité contre le Québec, contre le fait français au Québec !!
.
En septembre dernier, avait lieu la mise sur pied d'un campagne québécoise pour contrer le "QUEBEC BASHING" --pour ceux qui comprennent mieux le mot anglais-- ou bien contre la francophobie.
.
--------------------
VOIR LA DÉCLARATION "TOUS UNIS" CONTRE LA FRANCOPHOBIE
http://www.francophobie.org/declaration.php
--------------------
.
http://www.francophonie-avenir.com/Index_MarioB_Campagne_quebecoise_contre_la_francophobie.htm
.
EXTRAIT:

Campagne québécoise contre la francophobie

Comme vous l’avez sans doute observé, la dernière période électorale québécoise s’est accompagnée d’une recrudescence d'accusations inacceptables et discriminatoires contre la Charte de la langue française et ses promoteurs, ainsi qu’à l’égard des souverainistes québécois. Des propos dénigrants, sinon menaçants, ont été fortement diffusés dans plusieurs médias anglophones au Québec et au Canada, et, dans une moindre mais significative mesure, dans certains médias francophones.

Nous considérons que le dénigrement généralisé n’est acceptable envers aucun groupe d’appartenance ou de communauté culturelle. Il crée la division en suscitant la peur et la méfiance entre les citoyennes et les citoyens du Québec et du Canada. Il tend à délégitimer le français comme langue commune et d’intégration.

Au Québec, la misogynie, l’homophobie, l’intimidation et les préjugés contre les autochtones sont condamnés de plus en plus haut et fort par un grand nombre d’intervenants issus de tous les milieux. Aujourd’hui, il est temps d’unir nos voix pour dénoncer également cette autre forme de discrimination que constitue la francophobie.

C’est pourquoi je vous invite à cosigner la déclaration « Unis contre la francophobie », qui sera entérinée par 101 personnalités. Cette déclaration sera présentée à l’occasion d’une conférence de presse qui se déroulera simultanément dans plusieurs régions. Cliquez ici pour lire la déclaration.

Par la suite, les citoyennes et les citoyens du Québec, du Canada et de partout seront invités à cosigner la déclaration, notamment sur une page Internet, afin de rejeter ce discours d’intimidation et de mépris et clamer bien haut qu’un débat démocratique doit se fonder sur le respect et la dignité.

FIN DE L'EXTRAIT
.
COPIE DE LA DÉCLARATION: VOIR LA DÉCLARATION À LA FIN DU TEXTE PRÉCÉDENT, AU LIEN INTERNET


.
Unis(es) contre la francophobie !

Au Québec, la misogynie, l’homophobie, l’intimidation, l’islamophobie et les préjugés contre les autochtones sont condamnés de plus en plus haut et fort dans tous les milieux.  La francophobie, une autre forme de discrimination commence à réapparaître. Aujourd’hui, nous unissons nos voix pour la dénoncer!

Le mutisme post-référendaire sur la question linguistique a été qualifié par certains de « paix linguistique ». Ce fut aussi l’époque du mouvement partitionniste et du Québec « bashing » dénoncé par certains sociologues comme un dérapage raciste envers le Québec. On a tenté de réprimer toutes réactions aux affaiblissements de la Charte de la langue française et au déclin du français au Québec et au Canada en les qualifiant de « vieilles chicanes stériles ».  

Les défenseurs de la langue et de la culture française se sont faits taxer de fermeture d’esprit, de repli culturel et de passéisme. Pourtant des lois linguistiques existent partout dans le monde, soit dans 190 États et 110 pays dont le Canada et les États-Unis.  Seraient-elles là aussi un signe de fermeture et d’intolérance ?

En somme, les indépendantistes, les francophones, les francophiles, le Québec français au grand complet sont qualifiés d’intolérants ou de racistes par plusieurs médias anglophones au Québec et au Canada et dans une moindre mesure même par certains médias francophones.

Plusieurs de ces médias ont un examen de conscience à faire. Nous ne saurons jamais s’il y un lien de causalité entre l’attentat et le meurtre perpétrés le soir de l’élection du PQ le 4 septembre 2012, et la campagne francophobe véhiculée dans certains médias. Mais, chose certaine, nous pouvons affirmer qu’elle n’a pas contribué et ne contribue toujours pas à faire baisser la tension. Cette agression collective est tue, si bien que c’est à croire qu’il n’y a pas eu d’attentat. Comme dans le cas de plusieurs formes d’agression, l’affaire a été étouffée. Ainsi, en ne condamnant pas haut et fort l’agression, l’agresseur et ceux qui lui font écho, on ouvre la voie aux récidives. Aujourd’hui, nous condamnons l’agression du 4 septembre 2012 et les propos qui ont pu encourager le présumé auteur à agir.

La campagne d’intimidation et de culpabilisation face à la protection de la langue française ne constitue pas un phénomène nouveau au Canada anglais. L’opposition à des services en français pour les communautés francophones et acadiennes du reste du Canada est souvent exprimée avec acrimonie.
Ce discours francophobe et québécophobe est éminemment discriminatoire, car il juge une même politique différemment selon qu’elle s’applique à une minorité linguistique ou à une autre.  
L’accès à tous les services en anglais pour toute la population en tout temps et partout au Québec serait un droit fondamental, alors que dans le reste du Canada, on passe sous silence l’insuffisance généralisée des services en français aux francophones. Et on occulte le fait qu’à partir des débuts du régime britannique jusqu’aux années 1960, des provinces canadiennes sont devenues majoritairement anglophones en ayant recours des lois prohibant l’usage du français aux francophones dans les écoles et dans les institutions publiques. Plus de 75% des francophones hors-Québec ont été anglicisés par ces mesures assimilationnistes.

Depuis quelques années, malgré ce discours d’intimidation, plusieurs personnalités sont sorties publiquement, une à une, pour s’opposer aux reculs du français et à l’affaiblissement de l’aménagement linguistique. À mesure que se mobilisent les défenseurs de la langue française, le vrai visage de la francophobie se dévoile peu à peu. Depuis que l’actuel gouvernement parle de bonifier la Charte de la langue française, le racisme subtil se transforme en campagne de diabolisation des francophones et qui va jusqu’à associer les groupes pacifiques de défense et de promotion du français au nazisme.

Ces accusations abusives sont une forme d’intimidation, sinon une forme de racisme. Pire, ces étiquettes accolées aux francophones entretiennent des préjugés de façon durable. Le discours francophobe crée la division en suscitant la peur et la méfiance chez les nouveaux arrivants et les anglophones, les aliénant de la société québécoise ou canadienne-française. Il tend à délégitimer le français comme langue commune et d’intégration, et le droit du peuple québécois à l’auto-détermination.

Nous n’affirmons pas qu’il y ait plus ou moins de racisme ou d’intolérance au Québec qu’ailleurs. Aujourd’hui, nous unissons nos voix pour dire que nous n’accepterons plus que le peuple québécois se fasse intimider en se faisant qualifier collectivement de racistes! Nous considérons que le dénigrement généralisé n’est acceptable envers aucun groupe d’appartenance ou de communauté culturelle.

Aujourd’hui, nous invitons les citoyennes et les citoyens du Québec, du Canada et de partout à se lever pour rejeter le discours d’intimidation et de mépris et pour clamer bien haut qu’un débat démocratique doit se fonder sur le respect et la dignité.
.
FIN DE LA DÉCLARATION
.
La nouvelle, dans le journal "Le Devoir":
http://www.ledevoir.com/politique/quebec/395136/la-francophobie-denoncee
.
EXTRAIT:

TITRE: La «francophobie» dénoncée

13 décembre 2013 | Marco Fortier | Québec

Photo : Jacques Nadeau - Le Devoir

Une page Facebook a même caricaturé la première ministre Pauline Marois sous les traits d’une nazie

Une centaine de personnalités, menées par la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal, dénoncent ce qu’elles appellent la «francophobie» croissante issue notamment des débats sur la Charte de la laïcité et sur le renforcement de la loi 101.

La SSJB a dévoilé jeudi une lettre ouverte qui recense des chroniques publiées dans des journaux anglophones et dans les réseaux sociaux, au cours des derniers mois. Ces écrits «discriminatoires» dépeignent les Québécois comme des racistes, a dénoncé Mario Beaulieu, président de la SSJB de Montréal. Une page Facebook a même caricaturé la première ministre Pauline Marois sous les traits d’une nazie.

L’ancien premier ministre Bernard Landry, l’ex-député péquiste Pierre Curzi et une centaine d’artistes, professeurs, animateurs et militants de tous les horizons ont signé le manifeste. L’animatrice Julie Snyder, le conteur Fred Pellerin et les comédiens Emmanuel Bilodeau, Guylaine Tremblay et Lucie Laurier figurent parmi les signataires.

«Les injures ont atteint une rare intensité dans le cadre du débat sur la laïcité au Québec», a dit Pierre Curzi.

Éric Bouchard, de la SSJB, a raconté que l’organisation d’un simple événement en faveur de la loi 101, en septembre, avait déclenché un déferlement de propos haineux sur les réseaux sociaux. Il a convié 400 personnes qui ont formé les chiffres «101» en portant une chandelle, sur la Place des spectacles. Il dit avoir eu la surprise de sa vie en prenant connaissance d’une série de commentaires «violents» formulés sur la page Facebook de l’événement. «Ça m’a pris quatre heures pour enlever les propos francophobes de la page. Je suis sorti démoli de ça.»

En réponse à des questions des journalistes, les organisateurs de cette initiative contre la francophobie se sont défendus de mener une campagne contre les anglophones du Québec et du reste du Canada.

FIN DU TEXTE

Cette nouvelle, dans un autre grand quotidien, un média écrit:
http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201312/12/01-4720416-101-personnalites-quebecoises-denoncent-la-francophobie.php
.

.
Une entrevue télévisée, avec l'animateur Gilles Proulx, très grand défenseur de la langue française à Montréal et au Québec:
M. Proulx décrit même la situation de ceux qui se foutent carrément de la langue française et de la MAJORITÉ FRANCOPHONE AU QUÉBEC comme un "apartheid"  pratiquée contre les Québécois
définition du mot "apartheid", selon un dictionnaire:  ""ségrégation raciale en Afrique du Sud, régime créé en 1948 et aboli le 8 mai 1996""
.
Donc, par extension, la définition d'"apartheid" ""québécophobe"" pourrait se définir comme suit: ségrégation linguistique pratiquée contre la langue française au Québec.

http://tva.canoe.ca/emissions/salutbonjour/chroniques/sb/entrevue/204376/gilles-proulx-unis-contre-la-francophobie
.
======================

En passant, pour ceux qui pensent que je pratique une exclusion d'une certaine religion, je vous dirai que j'habite dans un milieu où la majorité des résidents (20 sur 25) sont actuellement tous de cette même religion (il y a 25 ans, à mon arrivée, c'était 2 ou 3 sur 25), et que je croise fréquemment ces personnes dans les corridors ou bien à l'entrée, et que j'entretiens de très bons rapports cordiaux avec eux.  
Que l'on soit clair: ce ne sont pas les personnes que je dénonce objectivement, ce sont les diktats religieux, très stricts dans certains cas, que ces personnes sont appelées à suivre, ET CELA PEU IMPORTE LA RELIGION EN QUESTION (d'autres résidents sont de d'autres religions aussi).  Mais, selon moi, si tu pratiques une religion, ne vient pas m'agresser publiquement avec différentes manifestations, ou bien même jusqu'à chez moi. Et, jusqu'à présent, toutes les personnes sont très discrètes dans la façon de manifester leur foi religieuse, dans mon milieu, et je les en remercie.  ET, de mon côté, je n'ai jamais et je ne montrerai jamais d'arrogance à leur égard, parce qu'ils ont foi en une religion quelconque.  Au contraire, même, je trouve ça admiratif pour eux, jsuqu'à un certain point, qu'ils aient pu trouver des réponses "à leur vie personnelle" à travers leur croyance religieuse. Je suis très ouvert aux côtés "spirituels" de certaines notions des religions..  De la même façon que Mme Houda-Pépin ou d'autres, de même religion ou de d'autres religions, la pratiquent: de façon modérée, et sans agresser les autres avec leurs différentes croyances.  En effet, au Québec, dans les milieux de travail et autres, il y a une entente "tacite", ---ce qui veut dire: qui est entendue, mais sans la dire--- qu'on ne parle pas de partis politiques ni de religions dans les milieux de travail. Et c'est bien ainsi.  Mais cela n'empêche personne de pratiquer la religion qu'il ou qu'elle veut dans son milieu personnel, dans son entourage.
.

.
.
Revenir en haut Aller en bas
 
"Tous unis" contre la FRANCOPHOBIE!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Amérique française :: Général :: Divertissements :: Arts et culture-
Sauter vers: