Un portail des communautés francophones d'Amérique
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La politique du "multiculturalisme" appliquée à la FFQ!!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Québécois parmi d'autres
Duc
Duc
avatar

Nombre de messages : 904
Date d'inscription : 16/10/2010

MessageSujet: La politique du "multiculturalisme" appliquée à la FFQ!!!   Mar 19 Nov 2013, 23:36

De plus en plus, c'est la politique du ""multiculturalisme"" qui est appliquée à la Fédération des Femmes du Québec!!
.
Faut le faire, hein!!!
.
Les influences des religions (de toutes les religions) et de leurs préceptes rétrogrades SONT TELLEMENT RENDUES INCRUSTÉES DANS LES MENTALITÉS ET LA CULTURE des organismes représentant globalement les femmes du Québec qu'ils (les organismes) se croient obligés d'appliquer la politique du ""multiculturalisme CANADIAN"" au Québec!!!
.
Comme on l'écrit dans ce site internet:
http://www.vigile.net/Etats-generaux-Une-image-unie-du

""Le danger de vouloir tellement respecter le droit de chacune de décider ce qui est bon pour elle qu’on en vienne à perdre de vue les intérêts collectifs des femmes"" .

AUTREMENT DIT: c'est la politique de l'individualisme, de la défense du "chacun pour soi" , du multiculturalisme ""à la CANADIAN"" qui gouverne de plus en plus les groupes sociaux des femmes du Québec.  On "brise les reins" de plus en plus de la politique des "intérêts collectifs" pour le bénéfice des intérêts particuliers de chaque femme.
.
MAIS, AU QUÉBEC, POUR POUVOIR SURVIVRE COMME PEUPLE, CE SONT LES DROITS COLLECTIFS, DES FEMMES EN PREMIER, qui doivent être défendus, au détriment, des fois, c'est vrai,  des droits individuels de certaines personnes...  D'après moi, ce sont les femmes du Québec, même, qui donnent le ton à l'affirmation nationale de tout un peuple, mais là, on dirait que les femmes se sentent de plus en plus obligées d'appliquer le ""multiculturalisme"" dans leurs groupements sociaux, comme pour faire plus preuve d'ouverture, alors que, par ce fait, ---selon moi--- elles se ferment de plus en plus à une meilleure émancipation de toutes leurs capacités.
AUTREMENT DIT, en fin de semaine, les femmes avaient beau discuter de différents sujets qui leur tenaient à coeur, si la politique de la laïcité n'était pas discutée, cela voulait dire, en sous-entendu, que cette politique était là pour rester et qu'elle devait s'appliquer en filigrane sur tous les autres sujets de discussion....
.
Donc, la FFQ tenait, en fin de semaine, un rassemblement des États généraux, ET, selon moi,  CE QUI ÉTAIT LE PLUS PRIORITAIRE A ÉTÉ CACHÉ SOUS LE TAPIS!!!  Cela ne pourra pas durer longtemps d'après moi.  
Je ne dis pas que les autres points discutés n'étaient pas importants, mais, d'après moi, ---c'est mon opinion--- la prise de position de la FFQ en faveur des femmes qui tiennent à se soumettre à des diktats religieux relève plus de vouloir appliquer la politique du multiculturalisme au sein de ces groupes que de continuer à vouloir faire produire et avancer L'AFFRANCHISSEMENT des femmes au Québec à tous les points de vue: personnel, social, culturel, etc...
En tout cas, j'y vois comme une inconhérence jusqu'à un certain point, en voulant favoriser l'émancipation de la femme, par toutes sortes de discussions et de prises de positon, mais tout en appliquant, en sous-entendu,  une politique de restrictions religieuses... qui viennent comme annuler tous ces beaux projets...  
C'est comme si je ne suis pas capable de voir leur logique dans ça, mon petit cerveau "tilte"...,..., suis-je le seul à ne pas pouvoir comprendre leurs démarches ??
.

EXTRAIT DU TEXTE:

TITRE:  États généraux - Une image unie du mouvement féministe

La question de la laïcité a été largement évacuée d’un Forum aux rares voix discordantes .

par Éric Desrosiers, Le Devoir, lundi 18 novembre 2013

Les États généraux sur le féminisme se sont conclus par une démonstration d’unité derrière ce qui doit servir de grandes orientations au mouvement pour les vingt prochaines années, et qui se veulent une meilleure reconnaissance des « réalités complexes et diversifiées » des femmes.

Le Forum de quatre jours, qui venait couronner plus de deux ans de réflexion dans le cadre des États généraux de l’action et de l’analyse féministes, s’est terminé, dimanche, à l’Université du Québec à Montréal, par une plénière où plus d’une trentaine de propositions ont été adoptées par d’imposantes majorités, voire à l’unanimité, par les quelque 500 participantes présentes. Si plusieurs dizaines d’autres propositions n’ont pas pu être adoptées, ce n’est pas parce qu’elles ont été défaites, mais parce qu’il y en avait trop pour le temps alloué et que les discussions de procédures ont pris beaucoup de place durant la journée.

« C’est la confirmation qu’on est proche des femmes dans toutes les régions et de tous les milieux et qu’on a trouvé des propositions qui ont du sens pour elles pour l’époque où nous vivons », a déclaré au Devoir l’une des organisatrices de l’événement, Alexa Conradi, présidente de la Fédération des femmes du Québec. « Quand on voit la grande diversité des femmes présentes ici, on voit que, pour une rare fois, toutes ont pris part à la démarche, a ajouté la coporte-parole des États généraux, Delice Mugabo. C’est la grande réussite de ce week-end. »

Présentés par leurs organisatrices comme un événement historique, ces premiers États généraux du féminisme en plus de vingt ans au Québec ont porté sur une grande diversité d’enjeux, dont la conciliation travail-famille-études, la violence faite aux femmes, le sort réservé aux autochtones, aux immigrantes et aux lesbiennes, la pauvreté, l’éducation, l’accès aux postes décisionnels, les normes sociales, la marchandisation du corps de la femme, le colonialisme, l’environnement et même les accords commerciaux. Voulant rester sur les grands principes et sachant le mouvement féministe divisé sur la question, les propositions n’abordaient pas directement l’une des questions de l’heure, c’est-à-dire la charte de la laïcité québécoise du gouvernement du Parti québécois.

Cette question a tout de même fait l’objet d’ateliers de discussions et de formation au début du week-end bien qu’elle ne se soit pas rendue jusqu’à la plénière finale, a précisé la coporte-parole des États généraux, Isabelle Picard. « Si on a fait les choses comme cela, c’est qu’on pense qu’on a encore besoin de se nourrir, de s’enrichir, d’apprendre ensemble, et ce serait difficile pour moi de me prononcer là-dessus aujourd’hui. Je crois que ce sont des choses qui restent à venir et à regarder. »

FIN DE L'EXTRAIT
.
========================

Dans un autre texte, sur ce même sujet, une journaliste nous fait remarquer que c'est la politique "multiculturaliste" de "QUÉBEC SOLIDAIRE", d'où est issue, justement, la présidente de la FFQ, qui s'applique, justement, à la FFQ:

http://www.vigile.net/En-marche

EXTRAITS:

Avant le Forum, tout en mentionnant que la FFQ n’avait pas l’intention de changer sa position sur la question de l’heure, celle de la laïcité, sa présidente, Alexa Conradi, avait souhaité la bienvenue aux représentantes de tous les groupes féministes et de toutes les opinions. Elle affirmait par ailleurs ne pas être certaine « que la majorité du mouvement féministe québécois (voulait) faire de ce Forum une « discussion sur le foulard ». On a tellement d’autres sujets à aborder… »**

.......................................

La question m’habite : Françoise David exercerait-elle donc toujours son influence, sinon son emprise, sur la FFQ ? Cette question est tout à fait légitime et surtout fondamentale. On en traitait récemment sur le site Sisyphe : « Alexa Conradi, la présidente de la FFQ, « est l’une des membres fondatrices de Québec solidaire, alors que la FFQ s’est toujours définie comme une organisation non partisane. » Elle a assuré, au moment de sa nomination, que « ses allégeances politiques n’auront pas d’influence sur sa présidence. » *** Mais…

C’est ce que nous pourrons voir de ce « mais » dans la « suite des choses ». Aujourd’hui, on en a eu un important aperçu.

La naissance du PDFQ met et mettra à l’épreuve l’homéostasie dans le Mouvement féministe, et représente donc un moment important pour les femmes du Québec. Un moment de vérité. De dévoilement.

Par ces intéressants temps qui courent, on entend répéter que « le Québec est en marche ». Les Québécoises aussi sont en marche. Non pas figées. Ni dissimulées. En marche vers toujours plus de lumière ? C’est Louise Chabot qui écrivait, dans un article sur le Huffington Post****, que « des défis, il y en a des tonnes » dans cette longue recherche d’égalité entre les hommes et les femmes.

FIN DES EXTRAITS..
.
Revenir en haut Aller en bas
 
La politique du "multiculturalisme" appliquée à la FFQ!!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Amérique française :: Général :: Politique :: Politique québécoise-
Sauter vers: