Un portail des communautés francophones d'Amérique
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Québec: une charte et des cris d'orfraie"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Québécois parmi d'autres
Duc
Duc
avatar

Nombre de messages : 904
Date d'inscription : 16/10/2010

MessageSujet: "Québec: une charte et des cris d'orfraie"   Dim 15 Sep 2013, 08:17

voir le lien suivant:

http://www.francenetinfos.com/quebec-une-charte-des-cris-dorfraie-54409/

Commentaires: je suis assez bien d'accord avec l'analyse suivante, qui me semble assez objective.  En effet, les points avancés par l'auteur me semblent très logiques et très appropriés.
.
Merci au site internet
http://www.vigile.net/Quebec-Une-charte-et-des-cris-d
où ce texte, ce lien internet, a été reféré,
et au site internet de FranceNetInfos pour avoir publié ce texte, et merci à l'auteur lui-même de cette très bonne analyse, à mon point de vue.

=======================
expression: "pousser des cris d'orfraie":
orfraie: grand aigle (oiseau) qui crie pour différentes raisons, et même sans raisons.
au Québec, je peux comparer, jusqu'à un certain point,  cette expression à la suivante:
"crier aux loups"
=======================

COPIE:

""Le gouvernement du parti québécois a dévoilé son projet de charte des valeurs. Ce projet vise principalement  à assurer l’égalité hommes–femmes et restaurer  la neutralité de l’état en bannissant  les signes religieux ostentatoires envahissants chez les agents de l’État pendant leur travail.

A peine dévoilée, cette charte  suscite une levée de boucliers hâtive, superficielle et suspecte. Nombre de médias se sont donné le mot faisant le  grand écart entre le discours politico-médiatique  et l’opinion québécoise. Les reproches pèchent par leur superficialité, s’apparentant plus  à des  procès d’intention qu’à une critique argumentée. On reproche à la charte de s’attaquer aux religions, alors qu’aucun de ses points  ne porte atteinte à quelque religion que ce soit et aucun aspect ne remet en cause le droit de pratiquer librement son culte.

Les québécois sont offusqués  de voir quotidiennement  le parti pris flagrant des médias, particulièrement de Radio Canada en faveur des anti-charte, à contrario de l’opinion publique majoritairement favorable. Invités à la rescousse, les inévitables MM  Bouchard et  Taylor se sont opposés à la charte sans avancer d’arguments convaincants.  

Prétendre que le port de signes religieux ostentatoires n’altère pas la neutralité de l’état est un signe d’angélisme béat, d’aveuglement pour ne pas dire de malhonnêteté intellectuelle.

Quand on est servi par un homme portant la kippa, on est servi par une partie de l’État qui est judaïque. Si je suis soigné par une infirmière voilée, je suis soigné par un segment  de l’État qui est islamiste. Si mon enfant a pour enseignant un sikh au poignard, c’est l’État qui endosse le fait de porter une arme blanche  dans une école.

L’État se plie devant la logique religieuse et perd sa prérogative de  puissance publique régalienne.  Cet État  affaibli, désincarné, n’est plus neutre, il devient une juxtaposition de confessions au lieu d’être un ensemble homogène dédié à servir les citoyens de toutes obédiences.


Le philosophe Taylor propose de scinder en deux la dite charte, afin d’en expurger la problématique des signes religieux ostentatoires et de ne laisser en débat  que le volet des accommodements qu’il affectionne tant.  

Quels accommodements peuvent être refusés une fois que les signes religieux sont imposés ?  La kippa, le voile sont des porte-drapeaux d’une militance religieuse offensive et déterminée. Une fois que ces étendards idéologiques  ont envahi le champ étatique, quel recours reste-t-il devant un juif qui refuserait de se faire examiner médicalement par une femme ou qui s’opposerait à ce que les médecins fassent une transfusion sanguine à son enfant en péril? Quel recours peut-on avoir devant une islamiste qui refuserait de servir du porc à des enfants dans une garderie subventionnée ? Regardez moi, je suis voilée, vous savez bien que je ne peux pas toucher cette viande immonde.


On attend de la philosophie qu’elle brise les tabous, qu’elle enfonce les portes du prêt à penser, qu’elle apporte des éclairages et nous fasse réfléchir pour  que nous puissions voir à travers le rideau des apparences. La philosophie a vocation à nous sortir de nos prisons mentales et  nous permettre de dépasser l’immédiateté pour chercher les causes profondes aux faits qui se déroulent sous nos yeux.  Avec tout le respect que l’on doit à Mr Taylor, il s’est exprimé plus en homme politique acquis  à une idéologie plutôt qu’en homme de réflexion ayant pris la mesure des enjeux des batailles actuelles autour de la laïcité. Loin de nous éclairer, il nous déçoit.

Par ailleurs, cet affolement du fédéral, prêt à aller en cours si la charte est adoptée, a le mérite de reposer le vrai problème québécois.  Une charte des valeurs aura immanquablement pour effet de renforcer l’identité québécoise et le sentiment de souveraineté.

Des cercles politiques, et aussi financiers,  ont certainement  grand intérêt à ce que le Québec soit dissous dans un assemblage diffus d’identités antagoniques exogènes. Le Québec n’ayant plus de colonne vertébrale identitaire, ses combats souverainistes seront handicapés.  Il n y aura plus de résistance à la suprématie anglophone et ce sera la fin du rêve français dans cette partie du monde. C’est dire qu’au delà de la charte des valeurs, c’est tout l’avenir du Québec qui est en filigrane. Et cela les adversaires intempestifs de la charte le savent très bien.
Mustapha Amarouche

FIN DU TEXTE

.
Autres commentaires:  pour moi, la Charte des "valeurs québécoises" est nécessaire, pour dicter CLAIREMENT, POUR TOUS LES FONCTIONNAIRES DE L'ÉTAT QUÉBÉCOIS, une façon de faire, QUAND DES PERSONNES REPRÉSENTENT L'ÉTAT QUÉBÉCOIS.   Autrement dit, selon moi, c'est pour s'assurer que personne ne fasse de dérapage "sexiste, xénophobe ou même raciste" quand ces FONCTIONNAIRES REPRÉSENTANT L'ÉTAT QUÉBÉCOIS font leur travail.
 
Parce qu'il me semble facile, pour quelqu'un qui impose déjà sa religion par des objets apparents, dans l'exercice de ses fonctions, d'appliquer AUSSI les préceptes de sa propre religion, dans son travail même.  ET, AU QUÉBEC, PERSONNE NE VEUT SUBIR DE CONTRAINTES DE LA PART DE CERTAINS INDIVIDUS, SURTOUT PAS DE LA PART DE REPRÉSENTANTS DE L'ÉTAT QUÉBÉCOIS, à cause de préceptes religieux, peu importe la religion, QUAND ON A AFFAIRE AVEC L'ÉTAT QUÉBÉCOIS.  AU QUÉBEC, ÇA FAIT 50 ANS QUE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE S'EST DÉFAITE DE CES CONTRAINTES RELIGIEUSES.
.
En effet, toutes les religions sont TOUJOURS SEXISTES, et plusieurs religions poussent encore à la xénophobie (peur des étrangers, peur des autres), et certaines, même, au racisme.   Donc, c'est même pour protéger et rassurer les individus qui travaillent pour l'État québécois qu'une charte des "valeurs québécoises" est nécessaire.

Donc, une charte, qui indique des façons claires de faire pour appliquer dans son travail pour un employé DU SECTEUR PUBLIC, DE L'ÉTAT PUBLIC, n'est rien de moins qu'un OUTIL DE TRAVAIL pour s'assurer d'un MINIMUM DE BONNE ENTENTE ET DE BONNES RELATIONS AVEC TOUT LE PUBLIC.  Une charte des "valeurs québécoises", c'est une OUVERTURE AU MONDE, À TOUT LE MONDE, qui veule bien se donner la peine d'entretenir des relations cordiales avec tout le monde, SANS IMPOSER DES VALEURS OU DES CONTRAINTES DE DIFFÉRENTES RELIGIONS À D'AUTRES.
.
POUR MOI, le lieu de travail de l'État québécois, où les employés sont payés par le gouvernement du Québec, directement ou indirectement, ce doit être un lieu de travail "neutre", où personne, aucun fonctionnaire, ne peut professer de façon marquée leur religion, leur choix politique, leur orientation sexuelle, etc... chacun se présente au travail pour le travail seulement, et non pour faire avancer et imposer leur condition personnelle. Et moi je ne veux pas que l'État québécois UTILISE MON ARGENT pour payer des fonctionnaires qui pourraient faire de la discrimination envers des citoyens québécois selon des préceptes religieux. Pour moi, travailler pour l'État québécois, est un privilège ET NON UN DROIT, et ce privilège doit s'accompagner de règles de conditions de travail qui doivent être suivies par tout le monde, par tous les fonctionnaires, pour s'en assurer une équité. Il me semble que ça tombe sous le sens.... , non ??
.
Mais EN DEHORS de sa représentation de l'ÉTAT QUÉBÉCOIS, après son travail, l'individu peut devenir sexiste, xénophobe ou raciste, dans son milieu ou son entourage, et/ou imposer des valeurs rétrogrades, des valeurs qui n'ont plus lieu d'être en 2013, c'est son problème, PAS CELUI DE L'ÉTAT.
.
C'est de même que je le comprends.  ET MÊME, JE DIRAIS, QU'EN VERTU DES LOIS DÉJÀ EXISTANTES, L'ÉTAT QUÉBÉCOIS POURRAIT MÊME ÊTRE POURSUIVI PAR DES INDIVIDUS, à cause de pratiques sexistes ou xénophobes ou racistes, CONTRE EUX, par des représentants de l'ÉTAT QUÉBÉCOIS!!!!  .
.
Les gens viennent de partout dans le monde pour s'installer au Québec, à cause des libertés de paroles, d'expressions et autres.  Et une charte sert justement à baliser jusqu'où peut aller la liberté d'expressions SI TU REPRÉSENTES L'ÉTAT QUÉBÉCOIS, EN PUBLIC, SANS BRIMER LES LIBERTÉS DES AUTRES PERSONNES, ET SANS IMPOSER DES VALEURS ET PRÉCEPTES CIVILS CONTRAIRES AUX LOIS CIVILES DÉJÀ EXISTANTES, ET AUX VALEURS QUÉBÉCOISES MODERNES.
.
Revenir en haut Aller en bas
 
"Québec: une charte et des cris d'orfraie"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Amérique française :: Général :: Politique :: Politique québécoise-
Sauter vers: