Un portail des communautés francophones d'Amérique
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Speak White" constitutionnalisé par la Cour Suprême!!!

Aller en bas 
AuteurMessage
Québécois parmi d'autres
Duc
Duc
avatar

Nombre de messages : 904
Date d'inscription : 16/10/2010

MessageSujet: "Speak White" constitutionnalisé par la Cour Suprême!!!   Sam 27 Juil 2013, 23:52

Si c'était le contraire qui arrivait, cela ferait la "UNE" de tous les journaux anglophones du Canada et du monde entier, pendant des jours, des semaines, des mois!!!
.
MAIS NON..., ce sont juste des gens, parlant la langue française et habitant la Colombie-Britannique, qui viennent de se faire dire de transiger EN ANGLAIS SEULEMENT auprès des COURS DE JUSTICE où, justement, ils tentent de faire valoir leur droit d'avoir de meilleures lois et protections pour leur langue française, dans leur province, en Colombie-britannique!!!
.
Si c'était le contraire qui arrivait, si c'était des Québécois qui auraient gain de cause pour la langue française, au Québec, on aurait le COMMISSAIRE AUX LANGUES OFFICIELLES DU CANADA, M. Fraser, qui argumenterait pour proposer aux gens en place, les Québécois donc,  de transiger dans les 2 langues, au minimum... mais non, où est-il, actuellement, pour défendre les Franco-Colombiens ?  Ce sont seulement des "canadiens-français" de la Colombie-britannique qui essaient, tant bien que mal, de maintenir la langue française chez eux...
.
Et on aurait aussi tous les journaux du ROC (Rest Of Canada: tous les journaux anglophones des autres provinces du Canada) qui viendraient gueuler, intimider, tenir des propos racistes auprès des Québécois, et les (nous) réprimander de vouloir maintenir la langue française au Québec...
.
ET LÀ, LA COUR SUPRÊME DU CANADA VIENT DE DIRE DE TRANSIGER SEULEMENT EN ANGLAIS EN COURS DE JUSTICE, pour la défense de la langue française, pour les Franco-Colombiens!!! Tout simplement aberrant!!!!
.
ET PERSONNE N'INTERVIENT!!!
.
AU QUÉBEC, ON EST TELLEMENT RENDU "COLONISÉ" qu'une telle décision de la Cour Suprême du Canada ne dérange plus pesonne...
.
Voir le texte d'une journaliste du journal "Le Devoir": je suis d'accord avec elle à 1000%%%  !!!!

http://www.ledevoir.com/politique/canada/383814/les-colonises

Cour suprême - Les colonisés
27 juillet 2013 | Josée Boileau | Canada
Dire que les nationalistes québécois qui osent évoquer la colonisation britannique passent pour folkloriques. Démodés. Dépassés. Et pourtant, la Cour suprême vient de trancher : la loi britannique mène encore en ce Canada. Les francophones ? Pfft ! Qu’ils se soumettent au bon vouloir des anglos…



C'est un jugement juridiquement absurde, politiquement bête et socialement irresponsable qui a été rendu vendredi par une courte majorité (quatre contre trois) de juges de la Cour suprême dans une affaire opposant le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique (CSF) et la Fédération des parents francophones de la même province au gouvernement de celle-ci.

 
Depuis 2010, les francophones poursuivent le gouvernement afin de faire respecter leur droit de recevoir une éducation en français. En retour, le gouvernement n’a de cesse de multiplier les embûches juridiques pour bloquer cette cause. Un Cinar contre Robinson politique tant toute cette procédurite suinte la mauvaise foi.

 
L’une des ficelles tirées par la Colombie-Britannique semblait trop grosse pour être vraie : extirper une loi britannique d’il y a 300 ans pour obliger le CSF à traduire en anglais sa volumineuse documentation interne avant de la déposer au procès. À noter que tous les intervenants dans cette histoire, y compris le juge, comprennent le français… sauf le gouvernement (qui a à sa disposition des avocats bilingues, mais qui ne les a pas affectés à ce procès).

 
Les trois juges minoritaires ont bien compris qu’on était là dans de curieuses manoeuvres dilatoires dans un Canada dont la Charte des droits reconnaît les deux langues officielles et l’importance des minorités linguistiques, ce que la Cour suprême elle-même a maintes fois avalisé. Il y a, note-t-on, des limites à appliquer une loi de 1731 à des instances contemporaines. Sans oublier le coût de la traduction pour le CSF, et le temps à y mettre ; sans compter que c’est justement la protection du français qui est au coeur du litige !
 
Mais la majorité, menée par le juge québécois Richard Wagner, n’a que faire de la réalité. La lettre, anglaise, de la loi l’emporte sur le fond de la question, point. C’est que l’histoire est ici en jeu : la loi de 1731, qui, en Angleterre, assurait que les procès se dérouleraient en langue anglaise, a été transposée sur le sol de Colombie-Britannique en 1858, par la proclamation du gouverneur de cette époque pré-Confédération. Comme le veut la common law, les sujets britanniques « emportaient avec eux le droit anglais lorsqu’ils s’établissaient dans une colonie ». Ceci fut fait et est depuis resté en l’état, il faut donc vivre avec le résultat.

 
Car même devenue province, même dans un pays qui prétend trouver des mérites au bilinguisme, la Colombie-Britannique n’a jamais voulu changer ses manières de faire. C’est English only et pour tout, devant ses tribunaux. On nous cite même une cause provinciale impliquant un immigrant hongrois pour nous en convaincre ! Les juges en prennent acte, disent qu’ils n’y peuvent rien. Se retranchent derrière l’argument que le respect des compétences des provinces vaut bien la défense du français. Ils ne disent pas, bien sûr, que lorsque c’est le Québec qui défendait ses prérogatives, notamment linguistiques, la Cour suprême trouvait manière de lui rabaisser le caquet…

 
Conclusion : les francophones de là-bas auront des droits quand le politique daignera leur en donner. En attendant, qu’ils traduisent. Speak White n’est plus un poème, c’est maintenant une décision judiciaire. Un vrai chef-d’oeuvre de mépris.

FIN DU TEXTE

COMMENTAIRES:
La journaliste écrit: ""Speak White" n'est plus un poème, c'est maintenant une décision judiciaire.  Un vrai chef-d'oeuvre de mépris"
.
SPEAK WHITE, UN POÈME ?? ici, la journaliste fait référence à ce texte:

https://www.youtube.com/watch?v=sCBCy8OXp7I

Speak White, sur wikipedia:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Speak_white

le film Speak White, de Falardeau et Poulin, sur l'ONF:
http://www.onf.ca/film/speak_white
.
http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/pages/evenements/1984.html
http://www.arnaudmaisetti.net/spip/spip.php?article879
http://www.ph-ludwigsburg.de/html/2b-frnz-s-01/overmann/baf4/quebec/poemes/SpeakWhite.html
.
Revenir en haut Aller en bas
gaulois
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 2938
Localisation : Vancouver
Date d'inscription : 31/03/2005

MessageSujet: Re: "Speak White" constitutionnalisé par la Cour Suprême!!!   Mar 30 Juil 2013, 17:49

Ma rétorque soumise en courrier de lecteurs à différents médias francos:

Le silence tonitruant du commissaire aux langues officielles et de tant d’autres - ou la déception tonitruante?

Bientôt finie cette mascarade?


En suivi à cet édito du Devoir intitulé “Les colonisés”, on penserait qu'un commentaire du commissaire aux langues officielles aurait été approprié en réponse à cette décision de la Cour Suprême sur les droits linguistiques d’une multitude de Canadiens et le tollé qu’elle suscite au Québec.  La décision rendue publique en plein creux d’été un vendredi est grave de conséquences puisqu’elle établit jurisprudence sur la base d’une loi britannique datant de 1731 en ce qui a trait à l’utilisation unique de l’anglais devant les tribunaux. Les provinces qui ne disposaient d’aucune législation à cet égard sont maintenant marquées à jamais: soit la Colombie-Britannique, l’Alberta, la Saskatchewan, la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve/Labrador (TNL). Cela avant même que l’obligation de bilinguisme des juges de la Cour Suprême ne s’estompe.


L'auteur de "Sorry, I don't speak French" et ancien journaliste aurait pu au strict minimum regretter cette absence du traitement de l'information associée aux langues officielles dans les médias du Canada anglais. Avec un peu plus de cran, il aurait pu signaler que rendre un tel jugement en été démontrait un manque de jugement à quelque part. Que CBC n’ait pas couvert, pas mieux. Invoquer l'argument de ne pas se mêler des choix éditoriaux en vertu de la "liberté" de l'information ne tient pas la route. Est-elle vraiment plus "libre" ainsi? Mon œil, nous ne sommes pas des imbéciles.


Le leadership, c'est de savoir faire la part des choses plutôt que de se cacher derrière des arguments bidon pour ne pas intervenir de peur de brasser la cage et d’en subir les conséquences. Il ne s'agit pas ici de se "mêler de choix éditoriaux" mais bien de déplorer une situation pathétique reliée au traitement de l'information associée aux langues officielles, situation qui perdure. Qui d'autres que le Commissaire avec un budget annuel de 25M$ était dans une position similaire pour le faire?  L’intervention aurait pu faire une différence, certainement plus que de continuer à rédiger des rapports ronflants que personne ne lit plus, année après année à force de tant se répéter.


Certains comprendront pourquoi le premier-ministre renouvelait récemment le terme de celui qui préside à cette grande mascarade canadienne. Les organismes porte-parole de la FCFA (Canada), de la FFCB (Colombie-Britannique), de l’ACFA (Alberta), de l’ACF  (Saskatchewan), de la FANE (Nouvelle-Écosse) , de la FFTNL (Terre-Neuve-Labrador) et du Centre de la Francophonie des Amériques (CFA) se sont tous comportés comme de véritables colonisés, compte-tenu de la sévérité de l’outrage et de l’absence de leadership. Les Sénateurs/Sénatrices qui sont supposées veiller au bien-être des minorités ne se sont hélas pas présentés. Et pendant ce temps, Justin rallumait le débat de la mari sans commenter une actualité plus pressante. Bientôt finie cette mascarade?


Mise-à-jour 16:00 Heure du Pacifique:

Le Commissaire faisait part de sa "déception", en retard et forcé par l'opinion publique ou la peur du lynchage, cela après un courrier de lecteur fâché dans lequel il était CC. Devrais-je maintenant changer le titre de mon pamphlet pour "La déception tonitruante du commissaire aux langues officielles"? 25M$ par année pour quoi exactement?

_________________
Le Canard Quoi What the fuck ?!?
Malgré tout!
Revenir en haut Aller en bas
gaulois
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 2938
Localisation : Vancouver
Date d'inscription : 31/03/2005

MessageSujet: Re: "Speak White" constitutionnalisé par la Cour Suprême!!!   Mar 30 Juil 2013, 17:52

Michel Lavigne de l'APF y allait de:


_________________
Le Canard Quoi What the fuck ?!?
Malgré tout!
Revenir en haut Aller en bas
gaulois
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 2938
Localisation : Vancouver
Date d'inscription : 31/03/2005

MessageSujet: Re: "Speak White" constitutionnalisé par la Cour Suprême!!!   Mer 31 Juil 2013, 16:42

RT - Lorsqu'il y a vide juridique, le poids politique l'emporte et les vendus se révèlent #FrancoMedia #frcb #frcan

_________________
Le Canard Quoi What the fuck ?!?
Malgré tout!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Speak White" constitutionnalisé par la Cour Suprême!!!   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Speak White" constitutionnalisé par la Cour Suprême!!!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Amérique française :: Général :: Politique :: Politique canadienne-
Sauter vers: