Un portail des communautés francophones d'Amérique
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Se réjouir de ...

Aller en bas 
AuteurMessage
gaulois
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 2938
Localisation : Vancouver
Date d'inscription : 31/03/2005

MessageSujet: Se réjouir de ...   Mer 27 Juin 2012, 16:17

...la consultation sur les langues officielles 2012: “Perspectives d'avenir”?


“Votre opinion compte dans notre réflexion visant à développer une prochaine stratégie fédérale en langues officielles” apprend-t-on lorsque que l’on clique la consultation de Patrimoine canadien nous invitant à participer. Mais pourquoi alors lancer cette invitation quelques jours seulement avant une fête nationale et le début de l’été alors que les gens ont passé à autres choses? On sait pourtant déjà qu’il est très difficile de rejoindre les francophones vivants en milieu minoritaire et particulièrement leur demander de répondre par écrit à des questions somme toutes délicates. De plus, pourquoi diffuser la nouvelle de cette consultation chez le diffuseur public en catimini sans en faire de suivi d’affaires publiques et sans couvrir de l’autre côté du réseau, i.e. CBC? Finalement, pourquoi rediffuser l’invitation sur les réseaux sociaux un vendredi après-midi alors que la plupart des gens la manqueront?

Oui on doit se réjouir que *peut-être* le gouvernement conservateur a réalisé qu’il y avait un grand besoin pour une nouvelle stratégie en matière de langues officielles, compte-tenu des résultats lamentables d’assimilation auxquels elle a vraisemblablement contribué. Oui remettre en question l’efficacité de certains programmes semble pertinent. Oui il était temps de solliciter directement l’opinion des premiers citoyens concernés, sans l’intermédiaire des groupes dits porte-parole financés principalement par Patrimoine. Même si cette tâche est incroyablement ardue!

En effet, la principale invitation de participation diffusée sur YouTube n’a suscité que quelques centaines de cliques après le lancement initial. Le nombre de “pouce-en-haut” peut se compter sur les doigts d’une main, malgré une invitation tout à fait correcte. Faut-il mentionner qu’aucun commentaire n’était émis sur le site web de la SRC, que la couverture de presse communautaire a été quasi inexistante et que les courriers de lecteurs se font attendre.

Selon la tendance actuelle, il y aura vraisemblablement peu de réponses à cette consultation. Il s’agit pourtant d’allocations financières de 1.1 milliard de dollars sur cinq ans! Notons des enveloppes budgétaires de 174 millions (santé), 90 millions (justice), 30 millions (immigration), 119 millions (développement&avantage économique) et 56 millions (gouvernement efficace et coopération intergouvernementale). Rappelons que seulement 200+ intervenants choisis en grande partie du milieu associatif avaient participé aux dernières consultations tenues sous huis-clos. Le rapport final des consultations avait suscité peu de couverture des médias alors qu’on parlait pourtant de mettre des “x” sur des régions du Canada en grandes difficultés en matière de francophonie.

Faut-il également rappeler que le Plan Dion avait jadis été présenté comme un “tournant majeur en matière de langues officielles”? A l’origine de l’allocation budgétaire actuelle, le plan d’action –ou feuille de route, avait alors suscité les réflexions suivantes d’un organisme associatif, i.e. la “Fédération Culturelle Canadienne Française” (FCCF) : “La vision [] à laquelle se rallient étonnamment plusieurs défenseurs de nos communautés – est en fait une vision désincarnée de la langue, celle d’une langue-en-soi, d’une langue de communication ou de service, détachée de toute référence émotive et, pour tout dire, vitale. Non seulement ne pouvons-nous sérieusement nous retrouver là-dedans mais nous ne pouvons croire qu’il y a là matière à transformer la situation à laquelle notre vaillant ministre prétend s’attaquer. Quand il propose que 50% des jeunes diplômés du secondaire puissent maîtriser les deux langues officielles (comparativement à 24% aujourd’hui), il oublie de nous dire pour quoi faire. Que vont faire ces jeunes (les anglophones du moins) de cette « compétence langagière », comme on dit aux Sciences de l’éducation, s’ils n’ont aucune raison concrète de l’utiliser ou de la valoriser. C’est ce qu’on dit depuis des années en voyant les finissants des écoles d’immersion perdre graduellement leur français à mesure qu’ils entrent dans l’âge adulte. Et que dire des francophones eux-mêmes ? Pourquoi conserveraient-ils un « attachement » à la langue française si elle se réduit à un moyen de communications ? Avouons que l’anglais est à cet égard beaucoup plus efficace et beaucoup plus attrayant dans bon nombre de communautés minoritaires. Les taux d’assimilation, souvent décriés, en sont tout de même une illustration. Ce que [] ne semblent pas comprendre, c’est que ce sont ces mots - attachement, enracinement, identité… - qui donnent un sens à la langue, qui la nourrissent et la justifient. Nous avons déjà dit à quel point il est regrettable que la Loi fédérale ne fasse allusion qu’à des « langues » et non des « cultures » officielles. Mais il est bien évident qu’une langue sans culture est comme un discours sans contenu. La langue est le véhicule d’une culture, elle en est l’expression. [] En soutenant les deux langues officielles du pays sans soutenir parallèlement les cultures qui les animent, on se contente donc de sauver les apparences… on jette en quelque sorte notre argent par les fenêtres.” (2003)

Oui il y a ici une belle occasion de remettre en question cette “réflexion visant à développer une prochaine stratégie fédérale en langues officielles”, compte-tenu de l’amorce actuelle et des multiples précédents. On pourra toutefois seulement se réjouir lorsque l’occasion sera saisie. Allez citoyens francophones vivants en milieu minoritaire, participons … malgré tout!
Revenir en haut Aller en bas
 
Se réjouir de ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Amérique française :: Général :: Politique :: Politique canadienne-
Sauter vers: