Un portail des communautés francophones d'Amérique
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un très bon texte sur "Monsieur Lazhar"dans France-Amérique!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Québécois parmi d'autres
Duc
Duc
avatar

Nombre de messages : 904
Date d'inscription : 16/10/2010

MessageSujet: Un très bon texte sur "Monsieur Lazhar"dans France-Amérique!   Jeu 12 Avr 2012, 22:08

Un point de vue intéressant, à partir des yeux d'un FRançais!!


voir:

http://www.france-amerique.com/articles/2012/04/12/monsieur_lazhar_a_l_ecole_du_tabou.html?utm_source=Newsletter+France-Am%C3%A9rique+-+NATIONALE&utm_campaign=aae88a03f1-Newsletter_12_avril_2012&utm_medium=email

EXTRAIT:

Monsieur Lazhar à l'école du tabou

le 12 avril 2012, journal "France-Amérique"

Monsieur Lazhar du Québécois Philippe Falardeau renoue avec le cinéma en milieu scolaire. Le film suit dans sa classe le personnage de Bashir Lazhar, un nouvel immigrant au passé trouble qui remplace au pied levé une enseignante suicidée. En aidant les élèves à surmonter ce traumatisme, l’instituteur aux méthodes d’un autre âge ébranle le système bien codifié de la petite école publique. Il fait éclater au grand jour les tabous sociaux culturels et les failles de l’éducation avec humour et poésie. Entretien avec le réalisateur Philippe Falardeau.

France-Amérique : Monsieur Lazhar est adapté d’une pièce de théâtre d’Evelyne de la Chenelière, Bashir Lazhar. Qu’est-ce qui vous a séduit dans cette pièce au point de l’adapter ?

Philippe Falardeau : Je cherchais depuis longtemps à réaliser un film sur un personnage de migrant. Mais mes idées étaient trop scolaires. La pièce m'a séduit parce qu'elle raconte l'histoire d'un immigrant qui cesse d'être un étranger pour devenir enseignant. Ce n’est pas tant son statut d’immigrant que son humanité qui est mise en avant. La classe, qui est un lieu universel, lui permet aussi de s'affranchir de son passé douloureux. Car Bashir Lazhar est un réfugié politique qui a fui l'Algérie pour échapper à une Fatwah. Sa femme enseignante est décédée avec ses deux enfants dans un attentat. Bashir se fait alors passer pour professeur et va devenir un pilier pour les élèves en deuil.

Monsieur Lazhar choisit d’immigrer à Montréal plutôt qu'en France. Pourquoi ?

Le Québec était sûrement la porte d’entrée la plus rapide, d’autant plus que sa vie est en danger. Il y a près de 100 000 Algériens à Montréal. Je pense que le choix du Québec plutôt que la France peut s'expliquer par le fait que les migrants cherchent à éviter les tensions inhérentes à l’histoire que porte la relation franco-algérienne. Le même film situé en France aurait pu passer pour moralisateur ou pontifiant. La connotation est différente au Canada. J’ai hâte de voir comment le film va résonner en France...

Doit-on voir le film comme un procès de l’éducation québécoise ?

Le film est d'abord une ode au métier d’enseignant. Il critique certains aspects du système éducatif mais il ne s'agit pas forcément du système québécois. Il parle d’une certaine rigidité bureaucratique que l’on retrouve partout en Occident. Comme cette idée qu’il faut avoir des règlements et un protocole pour tout, ainsi que des spécialistes pour chaque situation. La situation dans le film est dramatique puisqu’il s’agit du suicide d’une enseignante. Mais je pense que le meilleur interlocuteur, dans ces moments là, reste l’enseignant qui côtoie chaque jour les enfants.

Vous critiquez aussi le protectorisme autour de l’enfant…

Il y a quarante ans, on était dans l’excès inverse. On tirait les oreilles pour un oui ou pour un non et on mettait des claques ou des fessées. Aujourd’hui, on essaie d’éviter tout contact physique entre l’enseignant et l’élève. Les professeurs de gymnastique ne peuvent même plus rattraper les élèves qui sautent du cheval d'arçon car il y aurait contact. Je trouve aussi ridicule l’idée de ne pas pouvoir prendre un enfant dans ses bras pour le consoler. Le fait d’aseptiser les rapports au maximum n’empêchera malheureusement pas l’accident pédophile de survenir.

Bashir Lazhar passe pour un prof non conventionnel alors que ses méthodes sont très traditionnelles (Bescherelle, dictée, etc). Ses méthodes passéistes font-elles référence à un âge d'or de l'école laïque et républicaine ?


Il est vrai que ce qui était conventionnel hier, comme la dictée classique ou l’utilisation du Bescherelle, ne l’est plus forcément aujourd’hui. L’enseignement est devenu quelque chose de plus ésotérique, avec toutes ces notions de pédagogie et de dévelopement personnel. La pédagogie a presque remplacé le savoir. Bashir se réfère à l’époque où lui était à l’école, il y a quarante ans. Il rétablit dès le départ les rangées de tables alignées bien droites. Je ne dis pas que sa méthode est meilleure qu'une autre. Peu importe si un modèle pédagogique est jugé avant-gardiste ou passéiste. Il faut laisser chaque enseignant adopter la méthode qui lui ressemble. Il faudrait leur laisser un peu plus de liberté.

FIN DE L'EXTRAIT

la bande-annonce:
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=3pAuVMMOgM0

Commentaires: Un film à voir s'il passe proche de chez vous!! Même si ce film "égratigne" un peu la façon de faire québécoise...
.
thumright cheers thumleft
.
Revenir en haut Aller en bas
 
Un très bon texte sur "Monsieur Lazhar"dans France-Amérique!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Amérique française :: Général :: Divertissements :: Arts et culture-
Sauter vers: