Un portail des communautés francophones d'Amérique
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Canada: pays vraiment bilingue ??

Aller en bas 
AuteurMessage
francoquebecois
Prince
Prince
avatar

Masculin Nombre de messages : 2846
Age : 57
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Le Canada: pays vraiment bilingue ??   Sam 24 Avr 2010, 09:39

voir:

http://www.ledevoir.com/politique/canada/287669/les-hautes-spheres-canadiennes-doivent-elles-etre-bilingues?

par Hélène Buzzetti, journal "Le Devoir", le 24 avril 2010


COPIE:

Les hautes sphères canadiennes doivent-elles être bilingues?

Le débat sur les compétences linguistiques des juges à la Cour suprême et du gouverneur général fait rage au pays

Le mandat de l’actuelle gouverneure générale, Michaëlle Jean, arrive à sa fin cet été. Les conjectures vont donc bon train quant à l’identité de son remplaçant et à son bilinguisme.Ottawa — Suffira-t-il au capitaine Kirk, de Star Trek, de parler klingon pour se qualifier au poste de gouverneur général ou son bilinguisme devra-t-il nécessairement inclure le français? La question commence à se poser alors que la machine à rumeurs s'emballe au sujet du remplacement de Michaëlle Jean.

Le mandat de l'actuelle gouverneure générale arrivera à sa fin cet été, et le gouvernement conservateur songe à demander à la reine en personne, alors qu'elle sera en visite au Canada, de présider à l'entrée en fonction de son nouveau représentant le 1er juillet. Les conjectures vont donc bon train quant à l'identité du futur gouverneur général.

Cette semaine, un sondage non officiel de TheMarkNews.com a placé le comédien William Shatner (alias capitaine Kirk ---NDLR de Francoq: M. Shatner est un citoyen canadien, de la Colombie-britannique, je crois) en tête de course avec 43 % d'appuis. Suivent ensuite le militant pour les personnes handicapées Rick Hansen (11 %), le chanteur Leonard Cohen (10 %) et l'ancien chef du Reform Party Preston Manning (6 %). Outre M. Cohen, aucun ne parle français. Une page Facebook appuyant M. Shatner a recueilli jusqu'à présent 12 000 signatures.

Au même moment, un projet de loi d'intérêt privé du Nouveau Parti démocratique exigeant que les juges à la Cour suprême puissent comprendre les deux langues officielles du pays a été adopté à la Chambre des communes et est arrivé au Sénat, où il pourrait bien être adopté. Le débat fait donc rage: faut-il obligatoirement être bilingue pour accéder aux plus prestigieux postes du pays?

Moins d'anglophones bilingues
Le bureau du premier ministre a refusé de répondre hier au sujet du gouverneur général. Quant au projet de loi C-232, tous les députés conservateurs ont voté contre. Pour sa part, le quotidien Ottawa Citizen y est allé, il y a deux semaines, d'une chronique concluant que non. L'auteur Dan Gardner expliquait que cela pénaliserait les anglophones étant donné qu'à peine 9 % d'entre eux sont bilingues, contre 42 % des francophones, et même 12 % des allophones.

«La conséquence de ce bilinguisme obligatoire est évidente, mais ne peut être soulignée dans les cercles polis d'Ottawa: les emplois dans les hautes sphères ne vont souvent pas aux meilleurs candidats.»

Le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, a répliqué que le bilinguisme doit faire partie des qualifications requises pour ces postes parce qu'il en va des valeurs canadiennes. «Il existe certains emplois qui requièrent d'être bilingues. Les gens qui ne parlent pas les deux langues ne sont alors pas "hautement qualifiés" pour ces emplois.»

Cette semaine, John Major, ancien juge unilingue de la Cour suprême, s'est opposé au projet de loi du NPD. «Si on devait m'enlever une tumeur, je ne me préoccuperais pas tant des compétences linguistiques du chirurgien que de sa formation.»

Traduction infidèle
La Cour suprême offre des services d'interprétation, permettant aux avocats de présenter leurs arguments dans la langue de leur choix. Mais la sénatrice libérale Claudette Tardif, elle-même une francophone d'Edmonton, relate le témoignage de l'avocat Michel Doucet, qui avait plaidé en français sa cause à la Cour suprême devant notamment trois juges unilingues anglophones. Il a perdu à cinq contre quatre. «Il m'a dit qu'il a réécouté par la suite les propos des interprètes en anglais et qu'il n'a rien compris de ses propres arguments!»

En outre, aucun interprète n'est présent lors des délibérations entre juges, moment crucial où ils s'entendent sur les paramètres généraux de la future décision. La présence d'un juge unilingue anglophone oblige les francophones à faire valoir leur point de vue en anglais.

Le ministre conservateur du Québec, Christian Paradis, a voté contre le projet de loi le 31 mars dernier. Il avait expliqué au Devoir s'y opposer au nom des unilingues francophones aspirant à siéger à la Cour suprême. À l'heure actuelle, un unilingue francophone peut-il siéger au plus haut tribunal du pays? «Je répondrai à votre question en renversant la situation, dit la sénatrice Tardif. Est-ce que les avocats anglophones accepteraient que leur argumentaire passe par le filtre de l'interprète pour être compris des juges francophones? Je crois que la réponse est non.» Mme Tardif pilote le projet de loi du NPD au Sénat.

FIN DU TEXTE

Commentaires: tout simplement incroyable que les "Canadians" se posent encore cette question!!!
Est-ce que le Canada est officiellement bilingue ou non ?? Si non, qu'on le dise clairement, et chacun décidera en conséquence..
.

===========================

La même nouvelle dans le "Journal de Montréal":

http://www2.canoe.com/infos/quebeccanada/archives/2010/04/20100424-084738.html

.
Revenir en haut Aller en bas
gaulois
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 2938
Localisation : Vancouver
Date d'inscription : 31/03/2005

MessageSujet: Re: Le Canada: pays vraiment bilingue ??   Sam 24 Avr 2010, 12:02

Voici une voix que j'imagine sera divergente sur le FAF au sujet de ce que je considère un faux débat. Allez y Sénateur, fessez-moi.

Un citoyen ne devrait-il pas pouvoir décider de la langue dans laquelle le juge aura à entendre une cause et donc la capacité linguistique des juges? Ce qui voudrait dire que les juges unilingues anglo (ou franco - ce qui est bien rare ) ne pourraient pas entendre de telles causes. On pourrait dire ainsi que la plus haute cour est donc "bilingue" même si tous les juges ne le sont pas. On dit similairement que le diffuseur public est "bilingue" même si CBC et Radio-Canada ne le sont pas, n'est-ce pas? Une façon de décharger ce débat envers la citoyenneté franco qui me semble plutôt laissée pour compte. Les boeufs avant la charrue SVP.

L'élitisme n'a jamais réussi à vendre le bilinguisme (ou le français) au Canada. Pourquoi en deviendrait-il autrement malgré l'aspect "symbolique" sous-tendu dans ce débat? Certains groupes d'intérêt auraient avantage à se soucier d'une coquille vide quand ils poussent ces symboles qui ne m'affectent *aucunement* dans mon quotidien franco par rapport à d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
Denis Baggi
Prince
Prince


Nombre de messages : 1064
Localisation : Lugano, Suisse italienne
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: Le Canada: pays vraiment bilingue ??   Mar 27 Avr 2010, 12:49

Bonjour Gaulois, malheureusement cette année je ne passe pas en Amérique, mais je me rappelle toujours le beau séjour, bien que très court, à Vancouver.

Salutations et merci encore, Denis
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Canada: pays vraiment bilingue ??   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Canada: pays vraiment bilingue ??
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Amérique française :: Général :: Politique :: Politique canadienne-
Sauter vers: