Un portail des communautés francophones d'Amérique
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Question d'alléger le titre du ministre...

Aller en bas 
AuteurMessage
gaulois
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 2938
Localisation : Vancouver
Date d'inscription : 31/03/2005

MessageSujet: Question d'alléger le titre du ministre...   Jeu 08 Jan 2009, 14:07

..."responsable de la Francophonie canadienne" What the fuck ?!?


L'APF nous fait part ce matin du remplaçant de Benoit Pelletier aux affaires intergouvernementales québécoises en la personne de Jacques Dupuis, député de la circonscription montréalaise de Saint-Laurent. Le mandat de "travailler étroitement avec les communautés francophones des autres régions du pays" continuera dans le cadre des responsabilités courantes des affaires intergouvernementales. Dupuis agira également comme Ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques. Mais question "d'alléger le titre" sans tambour ni trompette, on ne parlera plus désormais d'un Ministre "responsable de la Francophonie canadienne". Pour ajouter la cerise sur le gâteau, l'APF annonce le "nouveau dialogue à entreprendre" par la FCFA avec le nouveau Ministre.

Hmm**2. Rappelons d'abord que James Moore, ancien membre du "Reform Party" notablement francophobe est récemment devenu "responsable de la Francophonie canadienne" en remplacement de Josée Verner, dite "potiche" après avoir failli notablement à la tâche dans un rôle pourtant traité comme potiche. S'affichant désormais comme francophile (sans toutefois n'avoir jamais participé ces dernières années aux Comités parlementaires des Langues Officielles ou du Patrimoine Canadien), Moore déclarait récemment vouloir "travailler avec des organismes sur le terrain qui sont en train de faire avancer des dossiers de leur manière" mais n'a jamais accusé réception d'une demande d'entrevue de la part du Canard citoyen du compté voisin. Rappelons aussi que Pierre Lemieux, député dit franco-ontarien et principal représentant du Parti Conservateur au Comité parlementaire des langues officielles, suggérait lors de l'enquête portant sur "la vitalité des communautés de langues officielles" que les francophones hors-Québec ne seraient pas autant assimilés si la mère restait au foyer (notons que Lemieux portait le casque d'écoute de traduction lors d'une audience avec des francos!); Bernard Lord, le responsable de la dernière consultation publique sur les langues officielles reprenait à peu de choses près le même discours!). Par ici, la Ministre provinciale britanno-colombienne s'affublait d'un relationiste communiquant avec les francos sous le titre de "Manager, Strategic Communications Intergovernmental Relations Secretariat" sans qu'absolument personne n'y voit problème: deux mois après cette consultation publique provinciale, nos médias ne nous ont toujours pas laissé savoir combien de francos ont participé et ce qu'ils ont exprimé, cela après la même expérience lors de la consultation pan-canadienne de Bernard Lord et que l'absence totale de couverture des résultats de la consultation citoyenne ait été portée à l'attention du Conseil de Presse du Québec!

Le Canard se demande maintenant qui voudrait vraiment être "responsable de la Francophonie canadienne", lorsque l'organisme dit "porte-parole" demeure incapable de "maintenir le dialogue" avec ses propres francos dans les circonstances. Les dernières interventions publiques de l'organisme consistaient à demander aux francophones vivants en milieu minoritaire de se faire servir en français "afin de conserver les acquis et d'enregistrer des gains", cela après avoir revendiqué en décembre dernier son appui au Sénat sans tenir compte aucunement des réticences populaires sur l'organisme reconnu pour ses retours d'ascenseurs. L'intervention faisait suite aux multiples bavures de Harper&Co. en décembre dernier: Réaction de la FCFA à la nomination de 18 nouveaux sénateurs - Le Sénat : un rôle clé en matière de représentation des communautés. Personne n'y a vu problème non plus.

Le Canard croit que le Ministre "responsable de la Réforme des institutions démocratiques" devrait suggérer fortement à la FCFA dans le cadre du "nouveau dialogue" qu'elle se réforme à fonds avant de revenir quémander une autre fois. La reprise de la position de giron par le Québec dans la francophonie canadienne annoncée l'an passé avec tant de tambours et trompettes serait ainsi moins compromise. Le 400ième est bel et bien terminé et ça parait fort dans ce monde de belles parures et de relationistes extrêmes. Doit-on se réjouir en terminant si le 40ième anniversaire de la Loi portant sur les langues officielles semble vouloir se célébrer sans tambour ni trompette? Allégez-moi donc SVP etk...

Le Canard de l'Allégement

_________________
Le Canard Quoi What the fuck ?!?
Malgré tout!
Revenir en haut Aller en bas
gaulois
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 2938
Localisation : Vancouver
Date d'inscription : 31/03/2005

MessageSujet: Re: Question d'alléger le titre du ministre...   Jeu 08 Jan 2009, 18:06

Et le "courrier du lecteur" (décanardisé) soumis aux médias:

La francophonie canadienne: “potiche” ou “poupée gonflable”?

J’apprends ce matin que le remplaçant de Benoit Pelletier aux affaires
interprovinciales du Québec ne portera plus désormais le titre de
“responsable de la francophonie canadienne”, question apparemment
“d’alléger le titre”. Rappelons-nous d'abord l’entrée du Québec sous la
gouverne de Pelletier dans le “giron de la francophonie canadienne”
annoncée antérieurement avec grands tambours et trompettes. Josée
Verner dirigeait alors en provenance d’Ottawa où elle s'est faite
traiter de “potiche” pour une fonction devenue plutôt potiche.

Et James Moore, ancien membre du "Reform Party" notablement reconnu
comme francophobe, devenait récemment responsable de la Francophonie
canadienne. Sans toutefois se faire traiter de “potiche”, il s’y
affiche comme francophile malgré n'avoir jamais participé aux Comités
parlementaires des Langues Officielles ou du Patrimoine Canadien.
Certains se rappelleront également que Pierre Lemieux, représentant du
Parti Conservateur au Comité parlementaire des langues officielles,
suggérait lors de l'enquête portant sur "la vitalité des communautés de langues officielles"
que les francophones hors-Québec ne seraient pas autant assimilés si la
mère restait au foyer. Le député dit franco-ontarien portait alors le
casque d'écoute de traduction lors d'une session avec des francophones
de la Colombie-Britannique. Bernard Lord, le responsable de la dernière
consultation publique pan-canadienne sur les langues officielles,
reprenait à peu de choses près le même discours subséquemment en
mettant le blâme sur la famille.

Par ici, la Ministre
provinciale britanno-colombienne des affaires interprovinciales
s'affublait d'un relationiste communiquant avec les francophones sous
le titre de "Manager, Strategic Communications Intergovernmental Relations Secretariat"
sans que personne n'y voit problème. Deux mois après une consultation
publique provinciale en matière de francophonie, nos médias ne nous ont
toujours pas laissé savoir combien de britanno-colombiens ont participé
et ce qu'ils ont exprimé, cela après une expérience similaire lors de
la consultation pan-canadienne. L'absence totale de couverture des
résultats de la consultation citoyenne par notre diffuseur public avait
été portée à l'attention du Conseil de Presse du Québec.

Par ailleurs, les dernières interventions publiques de notre organisme
fédéral de représentation sollicitaient les francophones vivants en
milieu minoritaire pour demander de se faire servir en français "afin de conserver les acquis et d'enregistrer des gains",
cela après avoir manifesté en décembre dernier son appui au Sénat sans
aucunement tenir compte des réticences populaires sur l'organisme
étatique reconnu pour ses retours d'ascenseurs. Cette intervention
faisait suite aux multiples bavures du gouvernement Harper en décembre
dernier: Réaction de la FCFA à la nomination de 18 nouveaux sénateurs - Le Sénat : un rôle clé en matière de représentation des communautés.

Dans de telles circonstances, je crois maintenant comprendre pourquoi
le titre du nouveau Ministre a été allégé. Qui voudrait vraiment être
"responsable de la Francophonie canadienne", lorsque nos organismes
dits "porte-parole" et médias demeurent incapables de communiquer avec
les francophones qu'ils prétendent desservir? J’opine maintenant pour
le diagnostic de “poupée gonflable”. Nos dirigeants n’hésitent pas
après tout à la sortir du placard (à la maison) selon les besoins du
moment présent. La francophonie canadienne dérange moins ainsi les
affaires publiques et prendra moins de place qu’une potiche accumulant
régulièrement poussières. Facile à dégonfler sans avoir à la couper, la
poupée ne se casse pas régulièrement et les dégâts se nettoient plus
facilement, sans tambour ni trompette, relationiste ou média de
concubinage.

Espérons maintenant que le nouveau Ministre également "responsable de la Réforme des institutions démocratiques"
demandera à la Francophonie canadienne qu'elle réforme *à fonds* ses
institutions démocratiques pour qu'on ne la traite jamais plus comme
une “potiche” ou “poupée gonflable”. La reprise de la position de
"giron" par le Québec dans la francophonie canadienne serait ainsi
moins compromise.

_________________
Le Canard Quoi What the fuck ?!?
Malgré tout!


Dernière édition par gaulois le Ven 09 Jan 2009, 16:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sénateur
Prince de l'Acadie
Prince de l'Acadie
avatar

Masculin Nombre de messages : 4141
Localisation : Bathurst en Acadie
Date d'inscription : 17/02/2005

MessageSujet: Re: Question d'alléger le titre du ministre...   Ven 09 Jan 2009, 11:06

Le ministre Dupuis, n'est-ce pas le même qui avait eu problème avec les autochtones au Québec lorsque dans un autre ministère Question

responsable de la francophonie canadienne, fais moi rire ti canard Smile

Tant qu'à James Moore, je prie ardemment (avec messe tous les matins, vêpres et tout le kit) pour que les Conservateurs se fassent éliminer dès le 21 janvier prochain et Bye Bye mon cowboy.

Et pour mettre un peu de piquant dans le dossier «franco canadien québécois acadien» voici une lettre parue dans le journal de Shediac et qui rapelle que si les anglos québécois ont réussi a faire changer la loi sur l'affichage au Québec via l'article 23 de la constitution canadienne, la jurisprudence pourrait permettre un affichage bilingue au Nouveau-Brunswick.


Mais qui aura le «guts» d'avancer un tel dossier batman tant en Acadie qu' au Canada français.

Citation :
L'affichage commercial constitue un facteur d'influence déterminant sur la langue et la culture d'une population. Au Nouveau-Brunswick, parce que l'affichage est à forte prédominance anglophone, il favorise l'assimilation des francophones, contrevenant à la maîtrise de leur langue et véhiculant le message que celle-ci n'a pas droit égal de cité au Nouveau-Brunswick. On perpétue ainsi dans la conscience des gens les séquelles de l'histoire qui a obligé la minorité francophone que nous sommes à assumer un rôle de citoyens de deuxième classe et à se contenter de privilèges consentis au lieu d'oser réclamer des droits, ce qu'a pourtant voulu corriger l'article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés, en 1982.

Aucun corps gouvernant ne se reconnaît l'obligation de veiller à la sauvegarde et à la promotion de la langue et de la culture de la population francophone dans le domaine de l'affichage commercial. Je me demande si la Cour suprême du Canada ne supporterait pas l'allégation qu'il s'agit là d'une question relevant de la Charte des droits et libertés et qu'en conséquence, les législateurs provinciaux et territoriaux ont l'obligation d'adopter des mesures visant à protéger la langue et la culture des minorités de langue officielle contre l'érosion due à l'affichage dans la langue de la majorité.

En 1988, les anglophones du Québec ont eu gain de cause devant la Cour suprême du pays, en vertu de l'article 23, obligeant le gouvernement de cette province à modifier leur loi sur l'affichage unilingue français adoptée en 1977, parce qu'elle ne respectait pas les droits linguistiques de la minorité. Est-ce rêver que de croire que la jurisprudence pourrait voir dans l'esprit de ce jugement un précédent qui ouvrirait la voie aux autres minorités de langues officielles du pays à revendiquer un affichage commercial obligatoire dans les deux langues officielles?

Cyrille Sippley

Saint-Louis-de-Kent

.

_________________
Monkey See, Monkey Do.
Revenir en haut Aller en bas
gaulois
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 2938
Localisation : Vancouver
Date d'inscription : 31/03/2005

MessageSujet: Re: Question d'alléger le titre du ministre...   Ven 09 Jan 2009, 19:56

L'APF a finalement publié la version initiale de mon texte, il s'agit d'une première!!! cheers

Voir Opinion La francophonie canadienne : potiche ou poupée gonflable?

Je me demande s'ils auraient publié la version avec l'option "squelette dans le placard" du Reform Party (aka garder la femme à la maison). Je m'étais artenu question de ne pas amener les sujets controversés de la nécrophilie et de la bestialité de dead duck en ces temps de grandes rectitudes. affraid

En ce qui a trait aux niaiseries du bye-bye, personne ne semble avoir remarqué que même si les jokes de Cloutier/Simard étaients super plattes, elles n'étaient même pas pertinentes dans le "hors-Québec". On a dû m'expliquer la situation. Quel provincialisme pour un diffuseur public pan-canadien. Shit
Revenir en haut Aller en bas
gaulois
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 2938
Localisation : Vancouver
Date d'inscription : 31/03/2005

MessageSujet: Re: Question d'alléger le titre du ministre...   Mer 28 Jan 2009, 16:41

Mon billet quotidien:
Le budget fédéral 2009: quelle Feuille de Route - quelle poupée gonflable???


Citation :
On aurait pensé que des allocations budgétaires de 1.1 milliard/5 ans
auraient été à tout le moins mentionnées en ces temps de consolidation
de nos infrastructures pancanadiennes. Pas plus de mention en entrevue
avec James Moore au Phare Ouest ce matin. Il y a de toutes évidences
aucun vote associé à une telle Feuille de Route. Les Libéraux ont
appuyé la poupée dégonflable, une autre fois...

_________________
Le Canard Quoi What the fuck ?!?
Malgré tout!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Question d'alléger le titre du ministre...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Question d'alléger le titre du ministre...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Amérique française :: Général :: Politique :: Politique canadienne-
Sauter vers: