Un portail des communautés francophones d'Amérique
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La frangouiche de Richard Martineau en visite à Ottawa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gaulois
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 2938
Localisation : Vancouver
Date d'inscription : 31/03/2005

MessageSujet: La frangouiche de Richard Martineau en visite à Ottawa   Mar 03 Juil 2007, 16:37

En réponse à:
Citation :
Richard Martineau
Le Journal de Montréal
My visit in Ottawa
02/07/2007 12h03
Alors, vous avez célébré la Fête du Canada hier? Vous avez bu de la bière Alexander Keith et dansé au son d'Anne Murray jusqu'aux petites heures du matin ?
Si oui, je suis content pour vous/ If so, I'm happy for you. Moi, la semaine dernière, j'ai passé trois jours à Ottawa. Pas pour assister au concert d'Eva Avila sur la Colline parlementaire, mais pour visiter des musées avec mes filles.
Le Musée de la civilisation, le Musée des enfants, le Musée de la technologie, le Musée des sciences naturelles et -- pacifistes de tous les pays, pardonnez-moi--le très impressionnant Musée de la guerre.
D'ailleurs, j'ai une idée pour un nouveau musée à Ottawa: le Musée du bilinguisme.
Et je sais exactement où l'on devrait le construire: dans la toilette des hommes d'un Tim Hortons.
Ça devrait être juste assez gros.
«What?»
S'il est vrai que la capitale nationale d'un pays est censée incarner l'âme du pays en question, alors pas de doute: le Canada est un pays unilingue anglophone.
Oh, certes, les musées que j'ai visités sont tous bilingues. Mais dès qu'on franchit la porte de sortie, on se retrouve dans une contrée où le français est considéré comme une langue étrangère, au même titre que le flamand, le wolof ou le suédois.
Cela a d'ailleurs commencé à la sortie de la gare.
«Je voudrais aller à l'hôtel Best Western sur la rue Laurier», ai-je dit au chauffeur de taxi. <
- What?
- La rue Laurier. - What?
- La rue Laurier. Comme le château Laurier.
- Château what?"
J'ai eu beau écrire le mot «Laurier» sur un bout de papier, rien n'y fit: le chauffeur continuait de hausser les épaules. Pourtant, la rue Laurier n'est pas une ruelle! C'est comme la rue Sherbrooke à Montréal.
Mauvaise foi/Bad faith
La même chose s'est répétée plus tard dans un bar laitier. J'ai demandé un milk shake à la vanille. - What?
- Un milk shake à la vanille.
- What?
Cibole! Un milk shake à la vanille! C'est-tu si différent qu'un «Vanilla Milk Shake»??? Faut-il avoir un post-doctorat en linguistique pour faire le lien???
Ma blonde, elle, a vécu la même expérience quand elle a demandé un petit expresso. Le gars du café Second Cup ne comprenait pas. «Petit», pour lui, c'était comme «Blingblongblingblong»... Il n'avait JAMAIS entendu ce mot.
Je vous rappelle qu'on était à Ottawa, pas à Pékin.
Ce n'était qu'un rêve
On parle beaucoup du bilinguisme canadien, par les temps qui courent. Comment il en arrache, comment il a la mine basse...
J'ai des nouvelles pour vous: le bilinguisme canadien n'existe pas. C'est une lubie, une hallucination que Pierre Elliott Trudeau a eue quand il fumait du pot...
Il n'y a qu'une seule province bilingue à l'extérieur du Québec: la Colombie-Britannique. Dans cette province, on parle deux langues: l'anglais et le mandarin.
Le français, là-bas, est aussi vivant et aussi utile que le latin.
Selon mon passeport, je suis de nationalité canadienne. Ça veut dire que je suis censé me sentir chez moi dans la capitale nationale du Canada, non? Eh bien, non. Oubliez ça. Vive le Canada, et have a very nice day.
DoqueFrangouiche répond:
Citation :
Cher ami gaulois:

Vous avez effectivement bien identifié la source du mal ayant affligé monsieur Martineau lors de sa visite à Ottawa. Il s'agit bien de la frangouiche, mon domaine d'expertise.

La plupart de ma clientèle vient en fait d'Ottawa et souffre de la pire anxiété linguistique au pays. Imaginez-vous que les résidents d'Ottawa ont été mis malgré eux sous la pression intense de montrer l'exemple en matière d'intéractions linguistiques au reste du pays. La pression y est énorme et la plupart de ses résident flanchent tôt ou tard. Alors intéragir avec un résident d'Ottawa anglophone qui roule sa bosse au salaire minimum doit se faire avec les gants blancs, pour ne pas dire ouaite gleauves. Imaginez ce pauvre résident envieux des jobs de gras dûrs sécures et bien rémunérés dans la fonction publique se faire interpeller par un québécois en visite le jour du "Canada Day". A ma connaissance, c'est la pire période durant laquelle mes clients craquent sous la pression. A tous les ans. Et ca empire.

Je recommenderais d'abord à Martineau d'éviter cette période délicate. C'est un peu comme un angla qui visiterait Montréal durant la Saint-Jean Baptiste et s'attendrait à se faire servir dans sa langue. Ca ne se fait tout simplement pas, c'est une question de bon jugement. Secondo, je lui conseillerais d'y aller mollo et de d'abord dire Hello pis "bonjour" avec un gros accent angla et un sourire sur le coin de la bouche. Ca devrait relaxer la situation déjà tendue. Prétendre être un francophile qui désire pratiquer son français dans la capitale fédérale risque d'accroitre la frangouiche de la personne avec qui vous communiquez mais devrait réduire la votre. Si la tension se maintient de votre bord, je suggère prétendre être sourd (&angla) et désirer communiquer par gestes. Le plus important est de ne pas s'engager dans une bataille linguistique rangée ou encore essayer de faire de la récupération politique de l'échange. Un va niaiser l'autre de toutes façons. Alors aussi bien s'amuser. Au moins Martineau peut retourner chez lui et n'a pas à vivre 365 jours par année dans une ville aussi phoquée. Il devrait simplement se réjouir du meilleur exemple de Montréal.

DoqueFrangouiche

_________________
Le Canard Quoi What the fuck ?!?
Malgré tout!
Revenir en haut Aller en bas
Michel Ange
Banni


Nombre de messages : 62
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: La frangouiche de Richard Martineau en visite à Ottawa   Mer 04 Juil 2007, 07:46

J'ai l'impression que les anglos canadians et leurs colonisés anglicisés du Québec vont nous mentir encore aussi longtemps qu'il restera un francophone au Québec .
Ils savent ces canadians qu'une langue ça s'impose et que le bilinguisme pour avoir droit de vivre c'est pour les colonisés et pas pour les colonisateurs.
Revenir en haut Aller en bas
 
La frangouiche de Richard Martineau en visite à Ottawa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Amérique française :: Espace francophone :: La Forêt des Carnutes-
Sauter vers: