Un portail des communautés francophones d'Amérique
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 DROIT À L'ÉGALITÉ DES FEMMES...

Aller en bas 
AuteurMessage
francoquebecois
Prince
Prince
avatar

Masculin Nombre de messages : 2846
Age : 57
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: DROIT À L'ÉGALITÉ DES FEMMES...   Ven 09 Mar 2007, 01:23

VOIR LE LIEN SUIVANT:

http://biz.branchez-vous.com/communiques/detail/communiques_53882.html

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

COPIE DU TEXTE

Les femmes du Canada exigent que Harper remette l'égalité sur les rails!
LE 8 MARS 2007 - 11:51:27 AM

OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 8 mars 2007) - En cette Journée internationale de la femme, les femmes du Canada continuent de presser le gouvernement fédéral d'annuler les compressions imposées à Condition féminine Canada (CFC).


Les femmes renouvellent leur appel, bien que la ministre responsable de Condition féminine Canada, Beverly Oda, ait annoncé que cinq millions de dollars seront réinvestis dans le programme des femmes de CFC.

"Cette mesure provisoire ne peut remplacer le mot "égalité" et la nécessité de revendiquer des droits et de poursuivre la recherche", affirme Lise Martin de l'Institut canadien de recherches sur les femmes.

La ministre Oda brille par sont absence à la Commission des Nations Unies sur la condition de la femme, rassemblement international des gouvernements qui font la promotion de l'égalité des femmes. La discrimination contre les petites filles serait le thème choisi par la Commission cette année.

Par ailleurs, la plupart des groupes de femmes ont été exclus d'une récente consultation sur le budget tenue par le ministre Flaherty.[/b]

--------------------------------
NDLR: le prochain budget fédéral aura lieu dans 11 jours......., et on verra que ce sera un budget très "politisé", en faveur de certains petits amis seulement...
---------------------------------

[b]Par contre, l'organisation REAL Women, qui est ouvertement anti-féministe et qui s'oppose aux garderies, à l'équité salariale et au droit des femmes sur leur propre corps, a été invitée.[/b]

"Le gouvernement Harper a constamment refusé de donner suite aux préoccupations exprimées par des milliers de femmes, des organismes de justice sociale et des syndicats du Québec et du reste du Canada au cours des derniers mois", déclare Paulette Senior, de la Coalition spéciale pour l'égalité des femmes et les droits de la personne. "Mais les femmes ne lâcheront pas. Nous allons continuer d'exiger de M. Harper qu'il remette l'égalité sur les rails!"

Au cours des derniers mois, le gouvernement Harper a donné suite à des décisions qui nuisent à l'égalité des femmes. [b]Entre autres choses, il a éliminé le financement d'un programme national de garderie et du Programme de contestation judiciaire; il a refusé d'agir de façon proactive sur la question de l'équité salariale; il a coupé dans le maigre budget de Condition féminine Canada; et il a mis fin au financement de la défense des droits et de la recherche.
La fermeture de 12 des 16 bureaux régionaux est prévue. Pour comble, le gouvernement a supprimé le mot "égalité" du mandat de CFC.

Les femmes des quatre coins du Canada ont résisté de façon énergique à ces mesures régressives. A Vancouver et à Saint-John's, elles ont occupé les édifices et les bureaux dont la fermeture est prévue. "Au lieu de nous écouter et de discuter de nos préoccupations, le gouvernement conservateur envoie la police nous expulser", déclare Joyce Hancock de la coalition féministe de Terre-Neuve-et-Labrador. " Depuis 31 ans, la présence du bureau de CFC joue un rôle crucial pour l'égalité des femmes et des organismes qui revendiquent l'égalité dans la province."

Beverly Oda a, en fin de compte, rencontré les femmes qui ont occupé le bureau de Vancouver de CFC, mais n'a pas accepté de renverser la décision sur la fermeture.

Des centaines d'activités se déroulent partout au Canada pour marquer la Journée internationale de la femme. Pour obtenir de plus amples renseignements et prendre d'autres moyens d'action, visitez le site de la Coalition spéciale pour l'égalité des femmes et les droits de la personne au

http://www.egalitedesfemmes.ca

POUR PLUS D'INFORMATIONS, COMMUNIQUEZ AVEC:


Lise Martin
613-563-0681, poste 226


Communiqué provenant de CCN

FIN DU COMMUNIQUÉ

DERNIER COMMENTAIRE SUR CE SUJET: Y EN A-TU QUI VONT COMMENCER À S'OUVRIR LES YEUX, SE RÉVEILLER, ET VOIR À CE QUE HARPER NE SOIT PAS RÉÉLU LORS DES PROCHAINES ÉLECTIONS FÉDÉRALES DANS 1 MOIS OU 2..... ???? IL ME SEMBLE QUE SI TOUTES LES FEMMES CANADIENNES SE PASSAIENT LE MOT....,,, AU MOINS NE PAS VOTER POUR LES CONSERVATEURS.........
Revenir en haut Aller en bas
francoquebecois
Prince
Prince
avatar

Masculin Nombre de messages : 2846
Age : 57
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: DROIT À L'ÉGALITÉ DES FEMMES...   Ven 09 Mar 2007, 02:08

ENTRE-TEMPS.....

DÉNONCIATION DE LA "MONTÉE DU RACISME"...

COPIE DU TEXTE, SUR LE FIL DE PRESSE DE RADIO-CANADA:

L'ÉGYPTE MET EN GARDE LE CANADA CONTRE UNE "MONTÉE DU RACISME

L'Égypte a fait part de son inquiétude devant ce qu'elle qualifie de "montée des signes du racisme et de l'intolérance au Canada" après l'expulsion au Québec d'une jeune fille d'un tournoi de soccer pour avoir refusé de retirer son voile islamique.

Après une rencontre cette semaine avec l'ambassadeur adjoint du Canada au Caire, Christopher Hull, le ministère égyptien des Affaires étrangères a publié un communiqué soulignant que "la question du port du voile doit rester dans le cadre de la liberté individuelle, tant qu'elle ne nuit pas à la sécurité, à l'ordre général ou aux valeurs régnant dans la société".

Le mois dernier, un arbitre a expulsé une fillette d'un match de soccer en banlieue de Montréal, après qu'elle eut refusé d'obtempérer à sa demande de retirer son voile. L'ambassadeur du Canada a souligné que cette affaire représentait le point de vue personnel de l'arbitre, et non celui du gouvernement canadien.

Intervenant dans la controverse soulevée par cette affaire, le Premier ministre du Québec, Jean Charest, a estimé que l'arbitre, lui-même de confession musulmane, avait eu raison d'appliquer les règles sportives en vigueur.

La Fédération internationale de football n'interdit pas le voile islamique, mais les objets en général qui peuvent présenter un danger pour la sécurité des joueurs.

FIN DU TEXTE RECOPIÉ

COMMENTAIRE: aucun commentaire....................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
AF
Prince
Prince
avatar

Féminin Nombre de messages : 3408
Localisation : Au Québec
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: DROIT À L'ÉGALITÉ DES FEMMES...   Ven 09 Mar 2007, 22:19

francoquebecois a écrit:
COMMENTAIRE: aucun commentaire....................................................................................

C'est légal! Wink

AF sunny

_________________
_________________
«L’histoire ne se fait pas seulement en avant; se souvenir, c’est aussi récapituler et recommencer.» (F. Dumont)
Revenir en haut Aller en bas
Lamarche
Prince de Montréal
Prince de Montréal
avatar

Nombre de messages : 3090
Localisation : Québec,pays Français d'Amérique
Date d'inscription : 04/12/2004

MessageSujet: Re: DROIT À L'ÉGALITÉ DES FEMMES...   Dim 18 Mar 2007, 08:55

C'est ici le fil du 8 mars? Un peu tard, mais bon. Wink

Citation :
Pauline Julien

( 1928 - 1998 )

Auteure, interprète et comédienne.

Pauline Julien qu’on a surnommée «La Passionaria du Québec», la franche, l’artiste à la tête flamboyante, avec sa fougue et sa douceur, avec ses coups de gueule et ses sourires de tendresse, ses châles et ses bras à fendre l’air, n’a toujours interprété que ses vérités, se défendant bien de vouloir passer un message. Mais ses chansons d’humour, comme d’émotions, ont marqué l’histoire et son nom restera à jamais synonyme de volonté.

Elle a défendu la légalisation de l’avortement, l’indépendance du Québec, elle a été emprisonnée pour avoir protesté contre la loi des mesures de guerre en octobre 1970, elle a appuyé les grévistes, elle a été porte-parole de la ligue des droits de l’Homme. Par envie de contribuer à l’amélioration du sort humain, de voir les uns se rapprocher des autres, elle a chanté.

Partie de Trois-Rivières à 17 ans, Pauline se retrouve à Québec pour y étudier la danse, le solfège et le théâtre. Elle se voit attribuer une bourse lui permettant d’aller se perfectionner à Paris. Après y avoir chanté dans les boîtes, elle revient à Montréal et chante au cabaret... Le Saint-Germain-des-Prés dont Jacques Normand animait les soirées. De télé en radio, de Brecht en Ferré, de Vigneault en Létourneau, sa révolution se faisait tranquillement, mais assurément. Le titre de son premier disque, sorti en 1961, était évocateur : Enfin Pauline...

Pauline Julien, femme de paroles, interprète, écrivaine, auteure, a enregistré vingt disques solos, a signé plus de trente chansons, témoins d’authenticité, d’un élan créateur, d’un cri du coeur. Son oeuvre est grande comme ses gestes, «indétrônable», importante comme de croire en la vie.
http://www.leparolier.org/quebecois/classartistes/p/paulinejulien.htm


_________________
Mobilisation Indépendance Québec

Revenir en haut Aller en bas
francoquebecois
Prince
Prince
avatar

Masculin Nombre de messages : 2846
Age : 57
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: DROIT À L'ÉGALITÉ DES FEMMES...   Ven 07 Mar 2008, 09:45

le 8 mars 2008: BACK TO THE FUTURE......

les forces en présence (lire: les CONservateurs de Harper, plusieurs ADQs et autres....) font pression pour un retour dans le lointain passé, où la femme restait à la maison, était soumise à l'homme, prenait le nom du mari, n'avait plus aucune identité...., ne vivait plus que pour ses enfants ou son mari à servir....


voir le texte de Lise Payette:
Titre: "Le féminisme comme garde-fou ou 'garde-folle'":

http://www.ledevoir.com/2008/03/07/179248.html?fe=3329&fp=210901&fr=71607

EXTRAIT:

En général, ils affirment que la femme est faite pour être à la maison à élever ses enfants et que si c'était le cas, le monde se porterait mieux. Ils n'ont toujours que le mot «famille» à la bouche et ont la nostalgie de la famille traditionnelle, dont ils sont bien évidemment le chef. Leur souci, c'est moins l'égalité des femmes que leur bien-être. Raison de plus d'être vigilantes.

On essaie de nous faire croire que les «politiques familiales» visent l'émancipation et le mieux-être des femmes. Erreur: les politiques familiales visent à maintenir le fonctionnement traditionnel de l'entité «couple avec enfants» même si c'est la femme qui se retrouve enfermée à plein temps sans aucune autre possibilité d'épanouissement personnel que maternel.

FIN DE L'EXTRAIT

-------------------------------

voir cet autre article:

"Les PRO-VIE CRIENT VICTOIRE...." (contre l'avortement):
http://www.ledevoir.com/2008/03/07/179312.html
.

-------------------------------

Commentaires: MERCI À MME PAYETTE de faire ouvrir les yeux à bien du monde........
.
Revenir en haut Aller en bas
francoquebecois
Prince
Prince
avatar

Masculin Nombre de messages : 2846
Age : 57
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: DROIT À L'ÉGALITÉ DES FEMMES...   Sam 08 Mar 2008, 16:26

Lire l'entrevue avec Mme Michèle Asselin, la présente de la Fédération des Femmes du Québec:

http://www.ledevoir.com/2008/03/08/179237.html?fe=3339&fp=210901&fr=71916

Il reste encore beaucoup de travail à faire, de conscientisation des enjeux vis-à-vis les décideurs politiques, mais il y a déjà beaucoup de chemin qui a été fait au Québec....

EXTRAITS:

Prenant l'exemple de la situation des mères monoparentales, elle rappelle qu'au Québec, si on est bénéficiaire de l'aide sociale ou étudiante, l'État reprend une grande partie de la pension alimentaire destinée aux enfants. «C'est aberrant!»
..............................................
Contre le 100 $ adéquiste
La présidente de la FFQ constate en effet que, ces dernières années, la situation des femmes est plutôt précaire. Elle dénonce entre autres la proposition du chef de l'ADQ qui préconise de remettre 100 $ par semaine aux mères désirant demeurer à la maison pour s'occuper de leurs enfants. «Non seulement une telle politique représenterait un net recul pour les femmes en général, mais surtout, elle ne répond vraiment pas à la réalité des mères d'enfants de moins de cinq ans», dit-elle. «Il est nettement plus important de compléter le réseau des services de garde où il manque de places», estime Michèle Asselin.
................................................
«Il faut dire que les Canadiennes nous envient beaucoup, confirme Michèle Asselin. Au Canada, il y a une grosse bataille au sujet des services de garde, le Québec figurant comme le modèle à suivre. Il est aussi question des congés parentaux, où on est encore le modèle...»

De surcroît, les Canadiennes admirent notre vaste réseau de groupes d'aide et d'entraide, nos groupes d'action locaux, le réseautage avec les organisations syndicales, les comités de femmes au sein des groupes communautaires qui luttent contre la pauvreté, etc. «Ils n'ont vraiment pas ça au Canada!», résume-t-elle.

................................................

«Par exemple, le gouvernement de M. Harper préconise d'augmenter l'âge du consentement sexuel chez les jeunes... tout en abaissant celui où on peut les juger comme des criminels adultes, rappelle-t-elle. C'est aberrant!»

En outre, plusieurs élus conservateurs surveillent de près les possibilités de restreindre les droits à l'avortement. De même, le gouvernement Harper a décidé de ne pas mettre en place un plan national de garderies.

«On sent donc qu'il y a une droite plus idéologique qu'économique, indique Mme Asselin. Au Québec, on est davantage confronté à une vision économique plutôt qu'à un retour en arrière, comme c'est le cas au Canada.»

FIN DES EXTRAITS

Commentaires: il est toujours incroyable de revenir aux anciennes mentalités d'il y a 50 ou 100 ans. LES CONSERVATEURS ET LES ADÉQUISTES se promettent de tout faire pour que cela soit fait.

IMAGINEZ UN INSTANT SI ON AVAIT UN GOUVERNEMENT CONSERVATEUR MAJORITAIRE, AU FÉDÉRAL, ET UN GOUVERNEMENT ADÉQUISTE MAJORITAIRE, AU PROVINCIAL.

On reculerait dans le temps, et on n'aurait même pas besoin d'avoir de machines à remonter le temps pour faire cela.
.

------------------------------------------
Mais il faut toujours faire preuve d'une vigilance constante.... selon Mme Christiane Pelchat, présidente du Conseil du Statut de la Femme

http://www.ledevoir.com/2008/03/08/179235.html?fe=3336&fp=210901&fr=71912

EXTRAIT:

Travail et famille
Et maintenant que ce sont majoritairement des femmes qui sortent des universités avec un diplôme en poche, le gouvernement devrait tout mettre en oeuvre afin de leur faciliter l'accès au marché du travail. De cette façon, souligne la présidente du Conseil, on pourrait commencer à réduire l'écart salarial très important qui perdure au Québec entre les hommes et les femmes.

Celui-ci se situe actuellement à une moyenne de 11 000 $ par année. Pour que la chose se réalise, poursuit Mme Pelchat, les mentalités devront elles aussi faire un bond en avant, afin que les hommes prennent davantage au sérieux leur devoir de conciliation travail-famille. Et là, le chemin à parcourir est énorme, même si elle note un changement progressif des mentalités chez les jeunes générations.

.........................................................

FIN DE L'EXTRAIT

,
.
--------------------------------------------------------------------------

Voir le texte: "Ces femmes qui travaillent au péril de leur vie...."
http://www.ledevoir.com/2008/03/08/179464.html?fe=3336&fp=210901&fr=71922
.
Revenir en haut Aller en bas
francoquebecois
Prince
Prince
avatar

Masculin Nombre de messages : 2846
Age : 57
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: DROIT À L'ÉGALITÉ DES FEMMES...   Sam 13 Sep 2008, 23:18

Les femmes et l'avortement:
le droit légal d'avorter est de plus en plus "attaqué",
et les dirigeantes de différents organismes profitent du
moment des élections fédérales pour rappeler aux
politiciens de ne pas changer la loi:

http://biz.branchez-vous.com/communiques/detail/communiques_112052.html

COPIE DU COMMUNIQUÉ:

Droit à l'avortement - Ni évêques, ni Chevaliers de Colomb ne décideront des droits des femmes

QUÉBEC, le 13 sept. /CNW Telbec/ - Le Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ) et son Comité national des femmes unissent leurs voix à celles du mouvement des femmes pour déplorer les positions de l'Assemblée des évêques du Québec dans l'actuel débat sur l'avortement. Selon le SFPQ, en prenant position en faveur du projet de loi C-484 et contre la remise de l'Ordre du Canada au Dr Henry Morgentaler, les évêques du Québec démontrent, une fois de plus, leur manque de sensibilité à l'égard des droits des femmes.

"Il est révolu le temps où les évêques, du haut de leur chaire, forgeaient les opinions des citoyennes et des citoyens lorsque le temps de voter était venu. Il en va de même pour les Chevaliers de Colomb et de leur récente prise de position contre l'avortement", s'indigne la présidente générale du SFPQ, Lucie Martineau.

La leader syndicale rappelle que depuis la célèbre affaire Chantale Daigle, qui a permis de confirmer la décriminalisation de l'avortement au Canada, il n'y a jamais eu autant d'attaques insidieuses contre le droit à l'avortement.

C'est pourquoi, le dimanche 28 septembre 2008, le SFPQ participera, à l'instar de l'ensemble du mouvement syndical et des groupes autonomes de femmes, aux manifestations qui se dérouleront dans le cadre de la journée pancanadienne d'action intitulée "On ne joue pas avec les droits des femmes".

Ces manifestations se tiendront à Montréal et dans certaines régions du Québec afin que cessent les menaces au droit des femmes à l'avortement et pour que les droits des femmes soient enfin respectés. Pour plus de détails :
www.contreC484.qc.ca


Par ailleurs, les membres du Comité national des femmes, au nom du SFPQ, tiennent à souligner leur appui à la nomination du Dr Henry Mortgentaler à titre de membre de l'Ordre du Canada et saluent son travail remarquable qui a contribué à sauver la vie de milliers de femmes.

Stéphane Caron, Responsable des relations avec les médias, Cell.: (418) 564-4150

Communiqué provenant de CNW

FIN DU COMMUNIQUÉ

------------------------------------------------------

un texte d'opinion sur le fait que le cardinal Turcotte remette sa médaille du Canada à cause de la nomination du Dr Morgantaler pour une même médaille (le Dr Morgantaler a été le docteur pionnier pour l'établissement du droit à l'avortement pour les femmes, au Québec et au Canada).

http://www.ledevoir.com/2008/09/13/205403.html?fe=4881&fp=210901&fr=104951

-------------------------------------------------------

le site pour: "NON à la loi C-484", loi qui recriminaliserait l'avortement...
http://www.contrec484.qc.ca/

le site de la "Fédération des Femmes du Québec":
http://www.ffq.qc.ca/

Rassemblement des jeunes féministes, à Montréal:
http://www.rebelles2008.org/fr/node

La MARCHE MONDIALE DES FEMMES, en octobre:
http://www.marchemondialedesfemmes.org/index_html/fr


.
Revenir en haut Aller en bas
francoquebecois
Prince
Prince
avatar

Masculin Nombre de messages : 2846
Age : 57
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: DROIT À L'ÉGALITÉ DES FEMMES...   Sam 29 Nov 2008, 15:19

En ce jour de marche MONDIALE des femmes, au Mexique...
http://www.marchemondialedesfemmes.org/index_html/fr

Harper en a profité encore, ces jours derniers, pour enlever des droits aux femmes:

Voir ce lien internet.... le texte EN DONNE LE FROID DANS LE DOS... On dirait que nous sommes revenus dans les années 1900 par rapport aux droits que les femmes peuvent se réclamer...

http://www.ledevoir.com/2008/11/29/219548.html?fe=5526&fp=210901&fr=120233

COPIE:

Harper Rule: une gouvernance sexiste et inéquitable

Lettre d'opinion, par Andrée Côté, directrice des affaires juridiques de l'Association nationale de 1999 à 2007. Elle est maintenant agente responsable des droits des femmes et des droits de la personne à l'Alliance de la fonction publique du Canada

Journal "Le Devoir", Édition du samedi 29 et du dimanche 30 novembre 2008

Depuis que le règne conservateur sévit à Ottawa, le gouvernement Harper s'en prend systématiquement aux femmes. Les mesures annoncées cette semaine dans l'énoncé de politique du ministre Flaherty ne font que porter l'insulte à son comble.

On se souviendra qu'une des premières mesures prises par le gouvernement conservateur, quelques mois après l'élection de janvier 2006, fut d'abolir le financement pour les garderies, une mesure essentielle pour assurer que les femmes n'aient pas à payer un prix disproportionné pour leur participation au marché du travail.

Quelques mois plus tard, il nous annonçait son refus de mettre en oeuvre les recommandations du Groupe de travail sur l'équité salariale, en faveur de l'adoption d'une loi fédérale sur l'équité salariale. Voilà une autre mesure qui s'en prend directement aux droits à l'égalité des femmes.

À l'automne 2006, le gouvernement fédéral annonçait aussi un changement dans ses politiques de financement du Programme de promotion de la femme, au sein de Condition féminine Canada: dorénavant, il ne finance plus la défense et la promotion des droits des femmes, ni la recherche féministe.

Cette mesure a porté un coup dur au mouvement des femmes et a diminué sa capacité de promouvoir des réformes législatives et des politiques mettant en oeuvre l'égalité des femmes. Elle a aussi entraîné la mise à pied de personnel dans certains groupes, ainsi que la fermeture du bureau de l'Association nationale femmes et droit, un joueur clef sur la scène pancanadienne depuis 1974.

Toujours en 2006, le gouvernement conservateur a aboli le financement du Programme de contestation judiciaire qui finançait, notamment, des causes types contre des lois ou politiques fédérales qui portent atteinte aux droits constitutionnels à l'égalité des femmes, garantis par l'article 15 de la Charte canadienne des droits et libertés.

Ainsi, non seulement le gouvernement porte-t-il atteinte à la capacité des groupes de femmes d'analyser les politiques fédérales et de recommander des réformes égalitaires, mais il nous prive de la possibilité d'avoir recours aux tribunaux pour contester leurs éventuelles politiques discriminatoires.

Par ailleurs, les politiques budgétaires du gouvernement conservateur -- on pense à la réduction de la TPS et à la diminution des impôts des grandes sociétés -- nous ont coûté plus de 60 milliards, et elles ont sérieusement affaibli la capacité de l'État canadien de financer des programmes sociaux et économiques.

Alors que des centaines de milliers de femmes vivent dans la pauvreté la plus abjecte, le gouvernement a adopté au fil des années des mesures qui profitent aux plus riches. En effet, qui bénéficie réellement de la réduction de la TPS si ce n'est les hommes (et les quelques femmes) qui peuvent s'offrir des automobiles de 50 000 $ ou des bateaux moteurs de 100 000 $?

Par ailleurs, la politique fiscale que le gouvernement conservateur est graduellement en train de mettre en oeuvre en faveur du partage du revenu des couples ne sera d'aucun soutien aux familles où les deux conjoints travaillent. Il s'agit d'une politique qui récompense essentiellement les familles aisées où la personne qui gagne un gros salaire -- par hypothèse, monsieur -- peut bénéficier d'une importante réduction de son taux d'imposition si madame reste à la maison pour s'occuper des enfants.

En d'autres termes, il s'agit d'une mesure fiscale qui récompense les couples qui font un retour à la division traditionnelle du travail dans la famille. Il faut souligner d'ailleurs que le remboursement d'impôt qui sera versé grâce à cette mesure ira dans les poches de monsieur et que rien ne garantit qu'il le partagera avec madame...

Le mouvement antiavortement
D'autre part, il faut se rappeler que tous les députés et ministres conservateurs ont appuyé au printemps dernier l'infâme projet de loi C-484 portant sur les crimes contre les «enfants non encore nés». En prévoyant la création d'une infraction spécifique pour le meurtre d'un «enfant non encore né» lors d'une agression contre une femme enceinte, ce projet de loi visait indirectement à attribuer une personnalité juridique au foetus.

On sait que ce type de législation -- très populaire aux États-Unis -- peut être employé pour criminaliser des femmes et intimider les médecins qui pratiquent des avortements. Il s'agit clairement d'une des stratégies déployées par le mouvement antiavortement nord-américain afin de restreindre le droit des femmes à l'avortement. Bien qu'il s'agissait d'un projet de loi privé, C-484 a reçu le soutien presque unanime des conservateurs, y compris du premier ministre Harper.

Il est inquiétant de constater que les membres du Parti conservateur réunis pour leur convention ont adopté il y a quelques semaines une résolution appuyant ce type de projet de loi. Quoique le ministre de la Justice ait affirmé avant le déclenchement des élections fédérales cet automne qu'il n'appuierait plus un tel projet de loi, il est à prévoir qu'un des députés du «caucus pro-vie» ne tardera par à déposer un nouveau projet de loi privé.

L'énoncé «économique» du ministre Flaherty constite une étape de plus dans cette campagne sexiste du gouvernement Harper et représente une grave menace aux droits des femmes. Le gouvernement semble laisser entendre qu'il a l'intention de retirer aux femmes oeuvrant dans la fonction publique fédérale le droit de porter plainte devant la Commission canadienne des droits de la personne pour violation de l'équité salariale.

Il faut rappeler que, lorsque les travailleuses de la fonction publique ont formulé leurs revendications en matière d'équité salariale au début des années 1980, le gouvernement fédéral a eu recours à une foule de stratégies dilatoires afin d'éviter de réajuster leurs pratiques salariales. Le gouvernement a tout fait pour ne pas être obligé d'accorder aux femmes un salaire égal pour un travail d'égale valeur. Cela aura pris 15 ans d'études, de négociations, de démarches devant la Commission canadienne des droits de la personne et de la Cour fédérale pour que le gouvernement accepte finalement de régler le dossier en 1998.

Le gouvernement a-t-il profité de cette expérience pour réviser ses systèmes de classification et s'assurer que le travail effectué par les adjointes administratives, les bibliothécaires, les agentes et les autres fonctionnaires soit reconnu et rémunéré à sa juste valeur? Au contraire, il a refusé de procéder à la révision de la classification, malgré des années de pression de la part de l'Alliance de la fonction publique du Canada. Il s'est finalement engagé à entreprendre une telle révision dans le cadre de l'entente de principe qui est intervenue le 23 novembre dernier, entre le Conseil du trésor et l'AFPC. Le gouvernement s'est notamment engagé à «consulter» le syndicat lors de cette révision.

Mais nous craignons qu'avec l'annonce du ministre Flaherty, le gouvernement veuille nous retirer le droit de porter plainte devant la Commission canadienne des droits de la personne en cas de violation de l'équité salariale. Il justifie cette dernière mesure en nous disant que c'est au syndicat que revient la responsabilité de s'assurer que les femmes auront l'équité salariale dans le cadre des négociations de convention collective. Mais du même coup il nous annonce la suspension du droit de grève dans la fonction publique fédérale!

Il y a quelques jours, l'ONU rendait publics ses constats et recommandations quant au respect par le gouvernement canadien de ses obligations en vertu de la Convention relative à l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. Comme en 2003, le Comité de la CEDEF estime que le Canada n'en fait pas assez et qu'il doit adopter des mesures spéciales pour promouvoir l'égalité des femmes, notamment en matière d'équité salariale.

Il est désolant de constater que le gouvernement Harper gère la chose publique en regardant dans le rétroviseur de l'histoire. Il nous ramène en arrière et met en péril les acquis du mouvement des femmes et du mouvement syndical. Mais il le fait à ses risques et périls.

FIN DU TEXTE
.
Commentaires: tout simplement impensable qu'on recule de près de 100 ans!!!! On voit que les "lobbys" religieux sont très actifs auprès de Stephen Harper et des conservateurs...: le retour des femmes à la maison, sous le joug du mari..., et, au passage, des mesures fiscales qui favorisent les plus riches,..... Les femmes, surtout celles monoparentales, deviendront encore plus pauvres, et les riches, encore plus riches!!!
.

.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DROIT À L'ÉGALITÉ DES FEMMES...   

Revenir en haut Aller en bas
 
DROIT À L'ÉGALITÉ DES FEMMES...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Amérique française :: Général :: Politique :: Politique canadienne-
Sauter vers: